03/23/2011

Chechen political refugee Arbi Zarmaev will be murdered

Free Arbi !.jpg

CHECHEN POLITICAL REFUGEE ARBI ZARMAEV WILL BE MURDERED

The Belgian minister of justice Minister Stefaan De Clerck (Christian Democrats), signed on March 8th 2011, the decision to oblige the Chechen political refugee Arbi Zarmaev to leave the country and to extradite him to the Chechen authorities.

With some 40 Chechens and some representatives of human rights movements, we agreed to meet on March 21, 2011 before the European Parliament in Brussels and to protest against this expulsion and extradition. When I met the group (there was no action at that moment), an undercover policeman asked my identity card. I refused. Another undercover policeman and a policeman in uniform asked again my identity card. I again refused and said I had the right to move and to meet other citizens. I went with the Chechens to a little grass lawn with a beautiful fountain and I unfolded with the help of one of the Chechens, my banner 'Free Arbi - alive'. Then I asked the Chechens to come on the lawn so that there could be taken a group photo. Some undercovers and policemen in uniform prevented it. After a short time we were completely surrounded by a police cordon of 5 undercovers en 20 policemen in uniform. They asked our identity cards and no one of us was allowed to leave the circle of policemen. A policeman threatened to lock up me for 12 hours if I didn't give my identity card to him. One of the policemen pulled the banner out of my hands and destroyed it. After waiting a half hour we got our ID cards back and we were obliged to leave. A police officer told me that I was right by stating that the lawn was not owned by the European Parliament but that we had to ask permission to protest.
Arbi Zarmaev, the Chechen political refugee, is already 21 months locked up in the prison of Bruges. He was accused to have done his application to stay in Belgium under a 'false name'. He was also accused 'theft'. But these allegations seem to be incorrect. Arbi currently weighs just 50 kilograms (about 100 pounds). He has severe injuries in the face, showing that he is beaten. His family fears for his life. If he is extradited to Chechnya as former commander of the Chechen army, he will certainly be tortured and murdered. Arbi's wife and three children (2 years, 5 years, 10 years) are currently living in Belgium and fear that he will die.
Jan Boeykens, president of NGO Werkgroep Morkhoven

03/21/2011

Réfugiés politiques: homme Tchétchène risque à mourir

edf5248a64bd734b2465a87ce0d60f2a.jpg

Le réfugié politique tchétchène, Arbi Zarmaev, risque à mourir

Le 8 Mars 2011, le ministre de la justice belge Stefaan De Clerck (Démocrates-chrétiens), a décidé que le réfugié politique tchétchène, Arbi Zarmaev, sera expulsé et extradé vers les autorités tchétchènes.

J'avais fait un rendez-vous aujourd'hui avec un groupe d'environ 40 Tchétchènes et certains représentants des mouvements de droits de l'homme, au Parlement européen à Bruxelles.

Quand j'ai rencontré les membres du groupe (il n'y avait aucune action à ce moment), un policier en civil m'a demandé ma carte d'identité. J'ai refusé. Un autre policier en civil et un policier en uniforme ont de nouveau demandé ma carte d'identité. J'ai de nouveau refusé en disant que j'avais le droit de circuler et de rencontrer des autres citoyens.

Puis, je suis allé avec les Tchétchènes à une place herbeuse avec une belle fontaine où j'ai déroulé avec l'aide de l'un des Tchétchènes, ma bannière "Free Arbi - alive".

Ensuite, j'ai demandé les Tchétchènes à venir sur la pelouse afin de faire une photo de notre groupe.  Des policiers en civil et uniforme l'ont empêché.  

Immédiatement après, nous étions complètement entourés par un cordon de 25 policiers dont 20 policiers en uniforme. Ils nous ont demandé nos cartes d'identité.  Un policier m'a menacé de m'enfermer pendant 12 heures si je lui refusais de donner ma carte d'identité.

Un des policiers a tiré la bannière de mes mains et l'a détruit.

Après avoir attendu une demi-heure, on nous a redonné nos cartes d'identité et nous avons été obligés de quitter.

Un agent de police nous a dit que l'interdiction n'était pas seulement une mesure de sécurité par rapport du Parlement européen mais que nous avions besoin d'une autorisation pour protester.

Arbi Zarmaev, le tchétchène réfugié politique est déjà pendant 21 mois enfermés dans la prison de Bruges. Il a été accusé d'avoir fait sa demande de séjour en Belgique sous 'un faux nom'. Il a également été accusé de 'vol'. Mais ces allégations ne semblent pas été corrects.

Arbi pèse actuellement 50 kilogrammes (100 livres). Il a des blessures graves au visage, prouvant qu'il a été battu.

S'il est extradé vers la Tchétchénie comme ancien commandant de l'armée tchétchène, il sera certainement torturé et assassiné. 

Sa femme et ses trois enfants (2 ans, 5 ans, 10 ans) vivent actuellement en Belgique. Sa famille craint pour sa vie. 

 

Jan Boeykens, président de l'association Werkgroep Morkhoven 


Photo: le ministre de la justice belge Stefaan De Clerck