05/08/2012

Justitie: Marcel Vervloesem is weer aan de dood ontsnapt...

cd-roms.jpgMarcel Vervloesem werd vorige week met 41 graden koorts en ernstige hartproblemen naar het ziekenhuis gebracht waar hij aan het ziekenhuisbed werd vastgeketend terwijl het gerechtelijke onderzoek reeds maanden geleden zijn onschuld vaststelde en de Antwerpse strafuitvoeringsrechtbank reeds maanden geleden voor zijn vrijlating pleitte.  

De Belgische justitieminister A. Turtelboom (VLD, Vlaamse liberalen), is hiervoor verantwoordelijk.  Zij wordt reeds maandenlang geinformeerd over de onterechte hechtenis van Marcel Vervloesem; de resultaten van het gerechtelijke onderzoek; het vonnis dat hem vrijpleitte; het geknoei in zijn dossier; zijn medische toestand; de verdwijning van een ontlastend dossierstuk; de reeds eerdere verdwijning van ontlastende dossierstukken door de Hoge Raad voor de justitie vastgesteld; de opsluiting bij een geesteszieke om zijn gezondheid verder te kraken; de vastketening aan het ziekenhuisbed op de Dienst Intensieve Zorgen en het achterhouden van Vervloesem's briefwisseling.
Ook van de situatie in de gevangenis van Turnhout waar dat gevangenen, wegens plaatsgebrek, op matrassen op de grond moeten slapen, is zij reeds lang op de hoogte.

De minister ontving enkele weken geleden documenten uit de kinderpornozaak Zandvoort met informatie over de zedenzaak in de Amsterdamse kinderkribben. Zij kreeg het  verzoek om die over te maken aan de Nederlandse Justitie. Turtelboom reageerde zelfs niet, wat er op wijst dat zij met haar liberale partij, de kinderpornozaak Zandvoort mee wil dichtdekken.
De rechters in Turnhout die Marcel Vervloesem zonder reden vasthouden, zijn dezelfde rechters  die hem 11 jaar lang vervolgden om de kinderpornozaak Zandvoort dicht te dekken.
Vier  jaar geleden legden zij hem, met de goedkeuring van de justitieminister, zelfs een spreekverbod met de pers op.
Zij lieten onlangs weten dat hij een effectieve gevangenisstraf zal krijgen indien hij het zou wagen om zijn boek uit te laten geven. Het is op deze manier dat het Belgische rechtsstelsel werkt. 

Meer info op Klokkenluideronline:

http://www.klokkenluideronline.nl/artikel/12085/marcel-ve...

--------------------------

Hoelang gaan ze klokkenluiders uit de weg blijven ruimen?! Bloed vloeit niet alleen bij de tienduizenden kinderen die gemarteld, verkracht en al creperend vermoord worden maar ook bij zij die dat willen aanklagen.

Is de Minister van Justitie Annemie Turtelboom uit de kleren gegaan omdat ze beseft dat ze létterlijk in haar blootje staat gezien ze véél te laat tot actie overgegaan is in de zaak Marcel Vervloesem? Beseft ze wat een enorme flater ze begaan heeft door niet tijdig in te grijpen, als ze al werkelijk van plan was in te grijpen?!

Ze heeft dan wel de slaven van de subsidieafhankelijke staatsmedia tot medewerking kunnen afdwingen via stinkend geld (subsidies) maar niets kan op tegen de basis van rechtvaardigheid. En via de alternatieve media is die boodschap tot ver over de grenzen verspreid!

Een witte mars heeft indertijd geen halt toegeroepen aan de internationale kinderpornonetwerken, integendeel. Het gaat van kwaad naar erger. De belangen zijn dus heel erg groot voor de betrokkenen die vaak over heel veel geld beschikken. Een mensenleven is in die kringen totaal van geen enkele waarde. Ze moorden zelfs in eigen kringen.

Maar wanneer wordt de bevolking wakker?! Zolang zij het belang van het getal niet gaan inzien, kan men onschuldige mensen blijven vermoorden. En kom dan niet janken als jou kind ontvoerd, gemarteld, verkracht en al creperend vermoord wordt! Jullie lieten dan immers toe dat iemand die voor jullie kinderen door het vuur ging, langzaam vermoord wordt!

Godelieve Vaesen
29 april 2012

Interview: Moderator

Schrijf Marcel Vervloesem  Gevangenis Turnhout,
t.a.v. Marcel Vervloesem Cel 134
Wezenstraat 1,
2300 Turnhout
Belgie

(nu ook vanuit je luie stoel brieven zenden kan via deze link of via link 2)

04/30/2012

Kanker: No Cancer Foundation komt op voor Marcel Vervloesem

Marcel Vervloesem gehospitaliseerd: Brief aan justitieminister
 
Geachte Mevrouw Turtelboom,
 
Betreft: Kom op tegen Kanker - Marcel Vervloesem gehospitaliseerd

U poseert voor de naaktkalender van 'Kom op tegen Kanker' maar u blijkt niets te hebben gegeven om het feit dat de heer Vervloesem, die dus ook kankerpatiënt is, maandenlang onterecht in hechtenis opgesloten zat in de gevangenis van Turnhout waar dat gevangenen, wegens plaatsgebrek, op matrassen op de grond moeten slapen. 

LEES MEER
 
 
Driekwart eeuw geleden bestond het chemische en farmaceutische kartel IG Farben uit multinationals zoals Bayer, BASF, Hoechst en andere. Deze bedrijven financierden de opkomst van het dictatoriale naziregime in Duitsland. Toen, net zoals ook nu, was het doel van het kartel hetzelfde: het veroveren en heersen over Europa en uiteindelijk ook over de rest van de wereld, met alle mogelijke politieke, economische en militaire middelen waaronder het opsluiten van onschuldige burgers als ook massavergiftiging en het onderdrukken van efficiënte natuur producten zoals Flaraxin als ook No Cancer Foundation die de oorsprong van deze problematiek bloot legt. Justitie onderneemt tot op heden niets tegen deze genocide en u gaat letterlijk uit de kleren voor een grote leugen. Hoe gaat u dit alles aan de massaal wakkerwordende en vergiftigde bevolking uitleggen die de komende decenia's zullen kreperen onder deze door overheid veroorzaakte slachting. Het is tijd voor waarheid en echte oplossingen.  LEES MEER

04/15/2012

Courageux protecteur des enfants à nouveau persécuté en Belgique

actie.gevangTurnhout.jpgMr Marcel Vervloesem a été à nouveau emprisonné à la suite
d'accusations fabriquées pour essayer de le supprimer par
décès "naturel" en prison du fait de ses maladies : les officiels
du gouvernement belge veulent le faire disparaitre en tant que
témoin principal dans l'affaire Zandvoort comme il a remis à
la justice belge en présence des medias 21 CDs contenant
des milliers de photos pornographiques d'enfants dont certains
ont été identifiés comme ayant été signalés comme disparus,
travail qui aurait du ètre accompli par la police belge.
 
La justice de la Belgique est délibérément faussée pour
protéger des officiels criminels faisant partie ou couvrant
des réseaux pédophiles qui fournissent des enfants kidnappés
ou prostitués pour que puisse ètre commis sur eux des actes
monstrueux pouvant aller jusqu'à la mise à mort.
 
Précédemment, sous la pression de l'opinion publique
internationale Mr Vervloesem a été libéré mais la malveillance
de membres du gouvernement belge concernés n'a pas changé
vu l'ampleur des crimes qu'ils veulent s'efforcer de dissimuler.
 
Bruxelles étant jusqu'ici la capitale de l'Europe, tous les pays
membres doivent intervenir pour rétablir une véritable justice
dans ce pays, la capitale de l'Europe ne peut pas ètre le lieu
de convergence des associations de malfaiteurs qui font
commerce de la torture d'enfants : il y va de la crédibilité de
l'Union dans le monde, les membres des réseaux malfaisants
et les officiels qui les couvrent doivent ètre arrètés et jugés.
 
Vous remerciant pour m'avoir lu et espérant que ce résumé
des faits vous conduira à intervenir, je répondrais volontiers
à toutes questions,
 
Filip Marceron

-------------------------------------------------------
 Officiels belges actuellement responsables :
 - ministre de la justice Mme Annemie Turtelboom
- juges ayant harcelé Mr Vervloesem depuis 11 ans et l'ayant fait à nouveau emprisonner : Vander Flaas et Jacobs du tribunal de Turnhout.
 
Plus d'informations sur :
DE-MADAME-Patricia-POUPARD
 

Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique).  

Prison de Turnhout:

Directeur: Marc Hendrickx

Gevangenis van Turnhout, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique)

Tel.:014 40 89 30 - Fax:014 42 03 50

Ministre de la Justice belge, Annemie Turtelboom:

Secretariat du Ministre de la JustiticeWaterloolaan 1151000 Brussel (Belgique)
Telefoon02 542 80 11
Fax02 542 80 00

Comité Européen Contre la Torture et Des Traitements Inhumains:

Secretariat of the CPT
F-67075 Strasbourg, Cedex France
Tel.: France: 03 88 41 39 39, Int.: +33 3 88 41 39 39 - Fax: France: 03 88 41 27 72, Int.: +33 3 88 41 27 72
E-mail: cptdoc@coe.int
Internet: www.cpt.coe.int

03/26/2012

Droits fondamentaux: la théorie

kaart.pngComité directeur sur les médias 
et la société de l'information 
(CDMSI)

1re réunion – 27-30 mars 2012 (Strasbourg, Agora, salle G03) 
CDMSI(2012)002 

Projet de déclaration du Comité des Ministres sur les risques du suivi numérique 
et des autres technologies de surveillance pour les droits fondamentaux

1. Les Etats membres du Conseil de l'Europe reconnaissent à toute personne relevant de leur juridiction les droits et libertés définis dans la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales (STE n° 5, ci-après dénommée « la Convention »). Au vu de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme, les obligations qui leur incombent peuvent être négatives, c’est-à-dire s'abstenir de toute ingérence, ou positives, impliquant, entre autres, de protéger les individus contre les actes de personnes privées qui pourraient porter atteinte à leur jouissance de ces droits1.

2. Le droit au respect de la vie privée énoncé à l'article 8 de la Convention est crucial pour protéger les personnes contre les abus de pouvoir ou d’autorité et leur permettre de participer aux processus de gouvernance. Les restrictions de ce droit ne peuvent se justifier que si elles sont nécessaires dans une société démocratique, conformes à la loi et si elles poursuivent l'un des objectifs précis indiqués à l'article 8, paragraphe 2. Dans certains cas, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé que la simple existence d'une loi autorisant la surveillance de citoyens pouvait affecter leur droit fondamental au respect de la vie privée2.

3. Le défaut de protection de la vie privée, et par conséquent des données à caractère personnel, peut avoir des répercussions néfastes sur l’exercice d'autres droits fondamentaux. Cela est particulièrement vrai pour les libertés d'expression, de réunion et d’association et, par conséquent, pour le droit de participer aux processus et aux débats concernant la gouvernance. A cet égard, afin de pouvoir prendre des décisions vraiment en toute liberté, les personnes doivent se sentir à l’abri de toute intrusion, surveillance ou autre forme d’ingérence dans leur vie privée.

4. De nos jours, les gens dépendent de l’utilisation d’appareils fixes ou mobiles dont l’offre ne cesse de se développer, améliorant les possibilités de communiquer, d'interagir, de participer à différents types d'activités, notamment celles qui ont trait à des questions d'intérêt général, et de gérer des aspects pratiques de la vie quotidienne.

5. Ces appareils permettent aux fournisseurs de collecter, conserver et traiter de nombreuses données à caractère personnel des utilisateurs, y compris la nature voire le contenu de leurs communications, les informations auxquelles ils ont eu accès ou les sites internet qu'ils ont consultés et, dans le cas des appareils mobiles, leur localisation et leurs déplacements. La collecte et le traitement de telles données peuvent révéler des informations délicates (comme des données financières) ou sensibles (concernant par exemple la santé, les convictions politiques ou religieuses, les pratiques sexuelles) sur les personnes concernées. Ces appareils peuvent ainsi fournir des portraits détaillés et intimes de leurs utilisateurs.

6. D’après certaines informations, certains logiciels installés sur les appareils mobiles seraient conçus ou programmés pour collecter toute une série de données à caractère personnel – y compris des données sensibles – liées à l'utilisation de ces appareils. Ces informations sont apparemment accessibles ou transmissibles à des tiers à l’insu des intéressés. Conscientes des implications sur le droit des utilisateurs au respect de la vie privée et à la protection des données à caractère personnel, les autorités d’un certain nombre d'Etats membres chargées de la protection des données ont décidé d'enquêter sur ces cas.

7. Des profils basés sur la manière dont les personnes utilisent les nouvelles technologies peuvent être créés et utilisés à différentes fins qui peuvent conduire à des décisions ayant un impact significatif sur les personnes concernées, même à leur insu, comme le souligne la Recommandation CM/Rec(2010)13 sur la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel dans le cadre du profilage ; cela a des répercussions évidentes sur l'autonomie des individus et la société tout entière.

8. Plus généralement, les questions liées à l'utilisation des technologies de suivi numérique constituent des enjeux importants pour l'Etat de droit, qui nécessitent de défendre efficacement les droits et libertés individuels contre les ingérences arbitraires. De même, le suivi et la géolocalisation peuvent avoir de graves conséquences sur le droit des personnes à la libre circulation. Les activités de surveillance illégale dans le cyberespace, qu'elles concernent un accès illégal, une interception de données ou une ingérence, la surveillance d'un système ou l'utilisation abusive d'appareils, peuvent avoir des implications pénales ; à cet égard, la Convention sur la cybercriminalité (STCE n° 185) est extrêmement pertinente.

9. Les pratiques décrites ci-dessus ont de lourdes conséquences sur la protection des données à caractère personnel et portent atteinte à la vie privée, garantie essentielle de la liberté et de la démocratie. La destruction de la vie privée aurait des conséquences redoutables sur la démocratie et, au final, sur la société tout entière. La Convention pour la protection des personnes à l'égard du traitement automatisé des données à caractère personnel (STCE n° 108) est pleinement applicable aux problèmes décrits plus haut. Elle fait actuellement l'objet d'une révision, qui vise pour l’essentiel à tenir compte des multiples enjeux liés à la prolifération de nouvelles technologies et garantir un haut niveau de protection des droits des personnes dans les environnements numériques.

10. Dans ce contexte, le Comité des Ministres :

- attire l’attention des Etats membres sur les risques que présente la surveillance secrète par le biais d’outils de suivi des utilisateurs pour le droit au respect de la vie privée, à la fois en tant que droit fondamental et en tant que condition préalable à l'exercice de la citoyenneté démocratique, et souligne que les Etats membres ont la responsabilité de garantir la protection adéquate des citoyens dans ce domaine ;

b. soutient pleinement les efforts réalisés par les Etats membres pour examiner la question des technologies de suivi et de surveillance, leur impact sur l'exercice et la pleine jouissance des droits et libertés fondamentaux individuels ainsi que leur incidence sur la société tout entière ;

c. estime que le Conseil de l'Europe doit poursuivre ses travaux sur ces questions, notamment sur leurs implications concernant la gouvernance de l'internet, la société de l'information et la protection des données.

X et Y c. Pays-Bas ; Young, James et Webster c. Royaume-Uni ; Plattform Ärzte für das Leben c. Autriche ; Powell et Rayner c. Royaume-Uni ; Costello-Roberts c. Royaume-Uni ; Lopez Ostra c. Espagne ; August c. Royaume-Uni ; A. c. Royaume-Uni ; Z et autres c. Royaume-Uni ; Calvelli et Ciglio c. Italie ; Osman c. Royaume-Uni ; Marcks c. Belgique ; Airey c. Irlande ; Gaskin c. Royaume-Uni ; Gül c. Suisse ; Ahmut c. Pays-Bas ; D. c. Royaume-Uni ; Guerra c. Italie ; Botta c. Italie ; L.C.B c. Royaume-Uni ; Z. et autres c. US;. et Marper c. Royaume-Uni. Note de bas de page destinée à informer le CDMSI ; à supprimer après examen et approbation éventuelle.

Klass et autres c. Allemagne ; Malone c. Royaume-Uni ; Weber et Saravia c. Allemagne ; Halford c. Royaume-Uni ; Association for European Integration and Human Rights et Ekimdzhiev c. Bulgarie, etc. Note de bas de page destinée à informer le CDMSI ; à supprimer après examen et approbation éventuelle.

http://www.coe.int/t/dghl/standardsetting/media/cdmsi/cdmsi(2012)002_fr.asp?toPrint=yes&

-------

Note: Il y a quelques semaines que le script du livre de Marcel Vervloesem, l'homme qui révélait l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort et qui a été à nouveau incarcéré en prison, a été saisi par la justice.  La justice belge l'obligeait d'envoyer ses lettres utlisant des enveloppes ouvertes ce qui est une violation de la vie privée.

01/31/2012

LA PEDO-MAFIA ET JUSTICE BELGE: petite fille de Marcel Vervloesem menaçée

Roi.Verwilghen.jpg

En espérant de cacher les sales practiques qu'on utilise pour criminaliser Marcel Vervloesem du Werkgroep Morkhoven et d'étouffer l'affaire Zandvoort (90.000  victimes), il y a quelques jours, que la Justice belge a fermé et désactivé certains mailboxes du Werkgroep Morkhoven.
Pcesse Jacqueline de Croÿ, qui était fortement harcélée par la pédo-mafia pendant les jours passés (coups téléphoniques, menaces), ne savait même plus publier sur sa siteweb et Facebook.
Sanne, la petite fille la plus ainée de Marcel Vervloesem, est menaçée par le petit neveu de Marcel Vervloesem qui, il y a quelques jours, allait avec certains histoires à la presse et alors portait plainte contre lui.  Après que Sanne enlevait ses photos du page de Facebook du petit neveu (il a presque 18 ans), ce garçon téléphonait Sanne environ 20 fois pendant la nuit suivante.  Il déclarait entre autre: 'Si tu me soutiens pas, je vais à la police pour déclarer que tu est 'violée' par ta grand-père'. La fille de Marcel Vervloesem portait plainte contre le neveu. Mais la Justice de Turnhout qui soutient systématiquement et pendant 14 années déjà, tout le monde qui porte plainte contre Marcel Vervloesem, fermera les yeux pour ces pratiques de maffia.

 

Le Werkgroep Morkhoven a contacté le ministre de la Justice, Annemie Turtelboom, dans cette affaire. Le Werkgroep contestait aussi la nouvelle campagne des média contre Marcel Vervloesem et le Werkgroep Morkhoven.  Mais le Ministre ne répond pas et soutient alors la pédo-mafia lorsque elle pretendait il y a quelques semaines qu'elle ne supporterait 'aucune partialité du côté de la magistrature'...

 

---

Photo: Le Roi belge qui a reçu un exemplaire du cd-rom du réseau de Zandvoort (qui a été disparu) et l'ex-ministre de la Justice Marc Verwilghen qui était le président du Commission Dutroux. Après le Sp.a (socialistes) et le CD&V (démocrats-chrétiens), le Parti libérale est de plus en plus impliqué dans le scandale de l'affaire Zandvoort.

Soutenez Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique)

14:34 Posted by Universal in Marcel Vervloesem, Menacé | Permalink | Comments (0) |  Facebook |