04/20/2010

Palestine Child Prisoners


enfants



In June 2009, Defence for Children International (DCI)/Palestine Section published a report titled, "Palestine Child Prisoners: The systematic and institutionalized ill-treatment and torture of Palestinian children by Israeli authorities."

DCI/Palestine "is a national section of the international non-government child rights organisation and movement (dedicated) to promoting and protecting the rights of Palestinian children," according to international law principles.

Each year, about 700 West Bank children, under 18, are arrested, detained, interrogated, and prosecuted in Israeli military courts, in total about 6,500 since 2000. DCI lawyers represent 30 - 40% of them. The report focuses on their torture and abuse in custody.

Since the 1967 occupation, an estimated 700,000 Palestinian men, women, and children passed through Israel's judicial system, over 150,000 tried in military courts from 1990 - 2006, the remainder handled through plea bargains for lighter sentences. On average, over 9,000 Palestinians a year are affected, including 700 children treated the same as adults.

For nearly 43 years, Israeli military justice operated "almost completely devoid of international scrutiny," giving authorities license to violate human rights and humanitarian law with impunity. As a result, due process and judicial fairness don't apply under a system denying them.

Yet Article 37(b) of the UN Convention on the Rights of the Child (CRC) states:


"The arrest, detention or imprisonment of a child...shall be used only as a measure of last resort and for the shortest appropriate period of time."

In fact, Palestinian children are routinely arrested at checkpoints, on streets, going to or coming from school, tending olive groves, at play, and (most commonly) at home in the middle of the night, usually from midnight to 4AM with family members threatened not to intervene, beaten if they try, forced onto streets in their nightclothes, regardless of weather, and given no explanation.

Typically, arrests are lawless and violent. Homes are broken into unannounced, property damaged or stolen, children blindfolded, shackled, and often beaten, then thrust into jeeps, sometimes face down, for transfer to interrogation and detention centers, a procedure that includes beatings, verbal abuse and other degrading and inhumane treatment.

At detention centers, they're either placed in a cell or interrogated immediately. Usually no lawyer is present for days or weeks until questioning ends with a signed Hebrew confession few can read or understand. Once gotten, they're used against them in military courts, never mind that torture extracted evidence is inadmissible under international law.


Article 15 of the UN Convention Against Torture states:


"Each State Party shall ensure that any statement which is established to have been made as a result of torture shall not be invoked as evidence in any proceedings, except against a person accused of torture as evidence that the statement was made."

In custody, children endure:

-- blindfolding and painful shackling;
-- beatings;
-- violent shaking;
-- sleep depravation;
-- solitary confinement;
-- other forms of sensory deprivation;
-- no food and water for extended periods;
-- poor quality or inedible food when gotten;
-- no access to toilets, showers and clean clothes;
-- exposure to extreme heat or cold;
-- painful stress positions for extended periods;
-- sexual abuse;
-- threats, insults and cursing; and
-- extremely loud noises.

Often their parents and siblings are also arrested, beaten, detained, and their homes sometimes demolished.

After interrogation, detainees are processed for trial, sentencing, and imprisonment by one of two West Bank military courts, both on military bases. Decisions may be appealed in the Military Court of Appeals, but rarely ever will the High Court of Justice hear them.

Judges and prosecutors are military officers, some not certified by the Israeli Bar Association. Dispensing justice is nearly impossible under a system with no accepted standards. Children as young as 12 (and some younger) are prosecuted the same as adults, tribunals calling them adults at age 16, in contrast to Jews at age 18.

Under Military Order 132, six months is the maximum sentence for children aged 12 - 13; 12 months usually from 14 - 15 for offenses with a maximum penalty of less than five years; and unlimited for more serious offenses; under Military Order 378, 20 years for stone-throwing is permitted (the most common offense charged); and children 16 or older are considered adults and treated no differently.

Military courts deny judicial fairness, including:


-- the right to counsel until forced confessions are extracted, commonly by torture, pressure, intimidation, and at times trickery;
-- the right to prepare a proper defense with enough time, in adequate facilities, in confidence, with court documents in Arabic;
-- under Military Order 378, detainees may be denied counsel for up to 90 days;
-- under a grossly unjust system, attorneys commonly seek plea bargains to avoid trials and harsher sentences;
-- defendants, including young children are presumed guilty, full acquittals gotten in just 0.29% of cases;

-- the right to examine witnesses is restricted; few full evidentiary cases are heard; according to Yesh Din (volunteers for human rights), of 9,123 cases in 2006, only 130 (1.42%) got full evidentiary trials because having them is futile and punishments far harsher when convicted;
-- unlike in civil courts for Jews, Palestinians have no right to trial without undue delay:


(1) detention until a hearing before a judge - 24 hours for Jews; up to eight days for Palestinians;
(2) total detention period before indictment - 30 days for Jews, and up to 75 on authority of the Attorney General; up to 180 days for Palestinians;
(3) detention from end of investigation to indictment - 5 days for Jews; 10 days for Palestinians;
(4) detention from indictment until arraignment - 30 days for Jews; up to two years for Palestinians;
(5) detention from arraignment to end of proceedings - 9 months for Jews; up to two years for Palestinians; and
(6) judicial approval of detention extensions if proceedings continue - 3 months for Jews (per a Supreme Court judge); six months for Palestinians (per Military Court of Appeals judge).

In addition, defense lawyers rarely know charges until hearing days. Palestinian children are usually denied bail, and respect for their rights under international law is ignored.

Fourth Geneva's Article 147 requires fair trials, holding those responsible for denying them criminally liable.

Detention Conditions

Children as young as 12, and sometimes younger, endure overcrowding, poor ventilation, little or no access to natural light, poor quality (often inedible) and inadequate amounts of food, isolation, torture and abusive treatment.

Little or no education is provided, and none in interrogation and detention centers where children are often held for three months or longer. Also, with one exception, prisons are inside Israel in breach of Fourth Geneva's Article 76, stating:

"Protected persons accused of offences shall be detained in the occupied country, and if convicted they shall serve their sentences therein."

The provision also requires providing proper food, medical care, and spiritual help - women in separate quarters, supervised by women, and minors getting special treatment.

Palestinian detainees get none of the above, including permits for family members to visit imprisoned relatives.

Common Complaints

From January 2001 - December 2008, "over 600 complaints were filed against Israeli Security Agency (ISA) interrogators for alleged ill-treatment and torture." The Police Investigation Department and Justice Ministry conducted no...




----


27.6.201 - The picture of this Skynet-message seems, like a number of 30 other images, to see again.  Title and structure of the blog are normal. Blog seems OK. It seems possible again to publish images. Hacking seems almost to be over.

Comments

Le génocide arménien Le génocide arménien, une histoire commune pour les jeunes générations


Ils ont entre 20 et 25 ans: Français d'origine arménienne, leur génération n'a pas connu les survivants des massacres de 1915-1917, et pourtant ils adhèrent à la mémoire familiale avec parfois une posture plus militante que leurs parents pour réclamer la reconnaissance du génocide.

Sur la place de la République, à Paris, Thade Gharapetian assiste à la veillée organisée vendredi par plusieurs associations de jeunesse arménienne. Lorsqu'il était étudiant, cet ingénieur de 24 ans a milité au sein d'une de ces organisations, comme de nombreux jeunes de son âge, pour que le "génocide" arménien soit reconnu.

"Notre génération a grandi avec le sentiment qu'il y avait là une chose à défendre. On a vraiment l'impression d'avoir une histoire commune", explique-t-il à un journaliste de l'AFP. De fait, dans chaque famille, les mémoires regorgent de souvenirs douloureux et d'anecdotes transmis de génération en génération.

Pour s'y être beaucoup intéressé, Thade connaît par coeur l'histoire de sa famille. Il raconte avec une émotion contenue comment son arrière-grand-père, après avoir tenté de résister aux soldats turcs, fut déporté vers les déserts de Syrie avec son épouse enceinte: elle est morte en accouchant de la future grand-mère de Thade.

Quatre générations se sont succédé depuis le génocide. "C'est toujours bouleversant de se souvenir qu'on a voulu exterminer notre peuple", témoigne Aris Seropyan, 20 ans. "Mais la souffrance est relative, car je n'ai jamais connu ces gens. On a seulement les témoignages que nous ont relayés nos parents ou nos grands-parents", confie-t-il

Pour Aris, "il n'y a plus aucun tabou" aujourd'hui à parler en famille de cette sombre page d'histoire, alors que, dit-il, les générations précédentes "n'en parlaient pas".

Son arrière-grand-père, débarqué à Marseille, dans le quartier du Merlan, avant d'y exercer la profession de cordonnier, n'avait qu'une obsession: "que ses enfants réussissent", explique Aris, dont le grand-père était directeur de banque. La mère d'Aris sera médecin. Le jeune homme, lui, est actuellement étudiant en école de commerce à Nice.

Alors que ses aïeux semblaient vouloir enfouir les souffrances endurées ainsi qu'une partie de leur identité pour mieux s'intégrer en France, Aris affirme que le besoin de reconnaissance du "génocide" s'est renforcé au sein des jeunes générations.

Hélène Boghossian, 25 ans, reconnaît pourtant ne suivre "que d'assez loin" le débat sur la reconnaissance du "génocide". "Chez nous, on a adopté un point de vue plus historique qu'émotionnel pour en parler", explique Hélène, journaliste à Paris.

Elle raconte que sa mère "a longtemps habité avec ses deux tantes, qui n'arrêtaient pas de ressasser et parlaient sans cesse de +choses horribles+ et de +grand malheur+. Mais elle savait finalement peu de choses avant de se replonger là-dedans il y a une dizaine d'années".

Lorsque sa maman s'est mise à rechercher des photos, des témoignages, et à construire son arbre généalogique, Hélène s'intéresse elle aussi peu à peu à cette reconstitution de la mémoire.

Mais contrairement à de nombreux jeunes d'origine arménienne, elle dit se sentir "assez distante de la communauté", et "beaucoup moins radicale que certains", se considérant volontiers comme une "exception".

Ce relatif détachement ne lui fait pas pour autant oublier ses origines et son identité: "Je me sens appartenir à un peuple", dit-elle. "La culture reste, à travers la cuisine ou les jeux comme le backgammon. Mais pour moi, c'est quelque-chose de plus personnel, de plus intime."

http://www.rtlinfo.be/info/monde/international/422217/le--genocide--armenien-une--histoire-commune--pour-les-jeunes-generations

Posted by: Mork | 04/24/2010

"Plus jamais ça" Des Turcs commémorent pour la première fois les massacres d'Arméniens
Des défenseurs des droits de l'homme, intellectuels et artistes turcs ont pour la première fois commémoré publiquement samedi à Istanbul les massacres d'Arméniens de 1915-1917, brisant un tabou en Turquie.


La section stambouliote de l'Organisation des droits de l'homme (IHD) a organisé une commémoration pour la rafle de 220 membres de l'intelligentsia arménienne, le 24 avril 1915, point de départ des massacres. Rassemblés sous le slogan "Plus jamais ça" sur les marches de la gare d'Haydarpasa d'où est parti le premier convoi de déportation, une centaine de manifestants ont rendu hommage aux Arméniens disparus. Encadrés par la police et suivis par une myriade de caméras, ils portaient des photos en noir et blanc de quelques-uns des déportés dont la plupart ne sont pas revenus.



Des contre-manifestants tenus à l'écart par la police

La police a tenu à bonne distance un groupe de contre-manifestants dont d'anciens diplomates qui arboraient des drapeaux turcs. Quarante-deux diplomates turcs ont été assassinés par l'organisation extrémiste arménienne Asala dans les années 1970 et 1980. Une autre manifestation devait avoir lieu à 18H00 sur la place Taksim, au coeur de la partie européenne d'Istanbul.

http://www.rtlinfo.be/info/monde/international/421351/des-turcs-commemorent-pour-la-premiere-fois-les-massacres-d-armeniens

Posted by: Mork | 04/24/2010

sionisme religieux Palestine 24-04-2010

Un site web de colons juifs attaque et incite contre le journaliste palestinien Khaled Amayreh
Par Khaled Amayreh

Un site israélien d’information et d’opinion affilié au mouvement Gush Emunim à la mentalité nazie, qui est le fer de lance du mouvement colonial manifestement fasciste, a attaqué et a lancé des incitations contre un journaliste palestinien qui a critiqué Ed Koch, l’ex maire de New-York et suprématiste juif. Koch, soutien notoire d’Israël et partisan d’un agrandissement territorial juif, a récemment exhorté le Président Obama a donné le champ libre à Israël pour qu’il vole davantage de terre arabe en Cisjordanie et construise davantage de colonies exclusivement juives à Jérusalem Est arabe occupée.

Dans un article récent paru sur Al-Jazeerah, le journaliste en question, Khalid Amayreh, a décrit Koch dans un article comme un « menteur irrécupérable qui ment comme il respire et qui essaie de laver le cerveau des gens sur la réalité du nazisme israélien personnifié par la créature satanique connue sous le nom d’‘Israël’. »

Le site web sioniste religieux souligne que l’opinion d’Amayreh est une charge contre les tentatives israéliennes d’annihiler l’existence nationale du peuple palestinien par l’expansion des colonies exclusivement juives sur les territoires palestiniens occupés.

Arutz Shiva est administré par des colons juifs fanatiques affiliés au sionisme religieux, qui enseigne que les non-Juifs vivant en Israël-Palestine doivent soit être expulsés, soit réduits en esclavage comme « porteurs d’eau et coupeurs de bois », soit physiquement exterminés.

Le groupe, qui a infiltré l’armée israélienne d’occupation et dont on pense qu’il est responsable du meurtre de sang-froid de nombreux civils palestiniens, plaide aussi pour la démolition des lieux saints islamiques et chrétiens à al-Qud al-Sharif.

Les colons messianiques sont racistes jusqu’à l’os. Leur idole ultime est le personnage mystique nommé Abraham Kook, qui professait que la différence entre les gênes juifs et ceux des « gentils » est très similaire à la différence entre les gènes humains et ceux des animaux. Partant de là, beaucoup de sionistes religieux ont adopté cette idéologie meurtrière et semblable à celle des nazis, qui considère tous les non-Juifs comme des non-humains et appelle à les tuer puisque leurs vies n’ont aucun caractère sacré.

Il y a quelques années, un colon juif qui venait d’arriver de France a tué de sang-froid un chauffeur de taxi arabe après une course. Lorsque la police l’a interrogé, il a dit : « Je n’ai pas tué un être humain, j’ai tué une bête. »

Khalid Amayreh a réagi à la provocation coloniale à son encontre, disant qu’il n’était « pas surpris par la façon dont ces voyous racistes réagissent aux critiques du sio-nazisme. »

« Je crois que ces colons représentent les nazis de notre époque. Il suffit de comparer leur mentalité et leur vision du monde avec l’idéologie du Troisième Reich pour voir des similitudes frappantes. Ces gens, étant donné la laideur brutale de leur mentalité, sont un danger non seulement pour les Palestiniens, mais aussi pour les Juifs. »

« Souvenez-vous que l’Holocauste n’a pas commencé avec Auschwitz ou Bergen-Belsen, mais avec des comportements apparemment inoffensifs tels que ceux des colons que nous voyons aujourd’hui. »

Posted by: Mork | 04/26/2010

The comments are closed.