10/19/2012

Turquie: Erdogan prône une réforme de l'ONU...

Erdogan.petit.caniche.de.Hillary.Clinton.jpg

En Février 2011, plus de 100 pays ont voté pour une résolution de l'ONU qui aurait condamné les colonies israéliennes illégales et interrompu toute nouvelle construction. Mais Les Etats-Unis, ont mis leur veto.

Les Etats-Unis ont aussi mis leur veto au Conseil de sécurité de l'ONU dans les affaires suivantes: Dans une résolution sur les Territoires palestiniens occupés (1995); La demande à Israël d'arrêt les construction à Jérusalem-Est (1997); La demande de la fin de la construction israélienne à Jabal Abu Ghneim à Jérusalem-Est (1997); L'établissement d'une mission d'observation de l'ONU sur la protection des civils palestiniens (2001); Le départ d'Israël du territoire palestinien et condamnation de la violence contre les civils (2001); La condamnation de la mort d'employés de l'ONU par Israël et de la destruction du bâtiment du PMA (2002); La décision israélienne de déplacer Yasser Arafat (2003); La condamnation de la construction de la Barrière de séparation israélienne en Cisjordanie (2003); La condamnation de l'assassinat d'Ahmed Yassin leader du Hamas par l'armée israélienne (2004); La demande d'arrêt des tirs israéliens sur le nord de Gaza (2004); Sur la libérations de prisonniers palestiniens par Israël(2006); La condamnation des opérations israéliennes à Gaza (2006); La condamnation des opérations israéliennes à Gaza (2011); à un projet de résolution condamnant la construction par Israël d'un mur en Cisjordanie (2012).

Le 25 mai, 2012, en marge du Sommet de Chicago, les présidents américain et turc, Barack Obama et Abdullah Gül, ont discuté, lors d'un tête-à-tête, des relations Turquie/Israël. Les Etats-Unis tiennent à ce que leurs alliés régionaux, à savoir, la Turquie et Israël, entretiennent de bonnes relations. C'est pourquoi, ils cherchent à rendre le terrain propice à la normalisation des relations entre Ankara et Tel-Aviv.

Le 13 Octobre, 2012, le premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a condamné 'l'inertie des Nations Unies sur le dossier Syrien'. et a proposé de 'réformer l'Organisation des Nations unies en raison de son incapacité à régler la crise syrienne'...

Photo: Erdogan, le petit caniche bien-aimée de la secrétaire d'Etat américaine Hillary Clinton.

Palestiniens: victimes de l'occupation israélienne et de l'intolérance religieuse

Israeli settlers from Bracha settlement throw stones at Palestinian farmers.jpg

'Là où la liberté religieuse est respectée, les autres droits fondamentaux de l’homme le sont aussi' (Présentation du 9e Rapport de l’AED sur la liberté religieuse dans le monde à Lucerne)

Lucerne, 18 octobre 2012 (Apic) L’œuvre d’entraide catholique internationale "Aide à l’Eglise en détresse" (AED) a présenté, le 17 octobre 2012, son 9e Rapport 2012 sur la liberté religieuse dans le monde, à l’Université de Lucerne. Les intervenants étaient le professeur de droit international à l’Université de Genève, Nicolas Michel, et du responsable d’AED en Suisse romande et italienne, Roberto Simona.

Publié en six langues et dans 17 pays, le rapport sur la liberté religieuse de 582 pages rend compte, à l’aide d’exemples concrets et de témoignages, de la situation sur tous les continents. Le constat est alarmant. Les principales victimes de l’absence de liberté religieuse dans le monde sont des chrétiens. 75% des cas d’atteinte les concernent, affirme l’œuvre d’entraide catholique internationale.

http://www.kipa-apic.ch/index.php?pw=&na=0,0,0,0,f&am...

Photo: Des israéliens de la colonie de Bracha jettent des pierres sur des agriculteurs palestiniens.

card.jpg

09/27/2012

Le logement abordable et accessible à tous: un droit fondamental

 21 septembre 2012

Le logement abordable et accessible à tous : un droit fondamental et une priorité pour le NPD

Vous avez été nombreux à partager vos récits et vos pistes de solutions à propos de la problématique du logement social, le 20 septembre dernier.

Cette assemblée publique était organisée de concert avec mes collègues Hélène Laverdière, députée de Laurier-Sainte-Marie et Marjolaine Boutin-Sweet, députée d’Hochelaga et porte-parole de l’opposition officielle en matière de logement. 

Quand on apprend que plus de 21 000 ménages locataires de Rosemont, soit 43 % des locataires, vivent sous le seuil des besoins impérieux, on ne peut faire autrement qu’être particulièrement préoccupés. Trop de familles du Québec paient beaucoup trop cher pour se loger, alors que d’autres vivent dans des logements qui ne répondent pas à leurs besoins. La demande en logements sociaux au Canada est énorme, au point qu’un rapporteur des Nations Unies a déjà caractérisé la situation « d’urgence nationale ».
Or, le gouvernement Harper n’est pas du tout sensible à cette crise. « Pauvreté » et « logement social » ne font pas partie du dernier budget des Conservateurs. En 2014, nous vivrons une explosion d’échéance des subventions au logement social, et en 2040, la totalité des subventions actuelles seront échues. Et les Conservateurs n’ont pas de plan d’action. 
C’est dans cette optique que le NPD a entamé une tournée pour prendre le pouls de la situation et entendre les propositions de solutions des citoyens. L’une des solutions que nous privilégions est le projet de loi C-400, soit le développement d’une stratégie nationale sur le logement social. Selon nous, il ne fait aucun sens qu’un pays industrialisé comme le Canada ne soit pas encore doté d’une telle stratégie. 
Nous souhaitons travailler main dans la main avec tous les paliers de gouvernement pour soutenir l’accessibilité au logement social et coopératif, se pencher sur la lutte contre l’itinérance, aider les ménages à faibles revenus à améliorer l’efficacité énergétique de leur foyer et s’assurer que les logements sociaux soient adaptés aux besoins de leurs occupants. 
J’ai été touché par votre active participation à l’assemblée publique. Nous retenons vos suggestions : adaptation de la stratégie pour les aînés et les itinérants, promotion de la construction de logements locatifs auprès d’investisseurs, contrôle du prix des logements en fonction de la superficie, éducation populaire, accessibilité universelle, dépôt obligatoire des baux, diversification des investissements et regard public sur les actions des propriétaires, pour ne nommer que celles-là.
Au NPD, nous considérons que d’investir dans une stratégie sur le logement, c’est investir dans le bien-être des citoyens et dans leur avenir. Grâce à vos idées, nous pourrons travailler sur un projet de loi qui répondra davantage aux besoins réels de la population. C’est en unissant nos voix, chers amis, que notre message sera assez fort pour être entendu par le gouvernement Harper.

http://www.boulerice.org/index.php/actualites/item/164-le...

16:33 Posted by Universal in Actualité, droit fondamental, logement | Permalink | Comments (0) |  Facebook |

08/04/2012

Droits de l'homme: la France n'est pas un exemple pour la Syrie

Franco.camps.concentration.france.jpg

Les pays occidentaux parlent sans cesse des droits de l'homme, mais ce sont ces pays qui ont constamment violé les droits humains.  La France est l'inventeur des camps de concentration...

--------

Il y a 70 ans, des milliers d'Espagnols fuyant le franquisme entrent en France. Plusieurs expositions plongent dans ce passé longtemps refoulé...
C'est un épisode oublié de l'histoire, la Retirada, ça signifie "Retraite" en espagnol. Ce terme n'est pas assez dur pour désigner ce qu'ont endurer les personnes concernés par l'histoire qui va suivre...

Nous sommes en 1938, à la veille de la seconde guerre mondiale. En Espagne, le dictateur Franco obtient des pouvoirs accrus. Ses alliances avec Hitler constituent une menace pour la France, la population espagnole est inquiète pour ses libertés. Le début de l'année 1939 va tout provoquer. En janvier 1939, à la fin du mois, la prise de Barcelone par l'armée franquiste précipite tout un peuple de réfugiés, civils et militaires, aux frontières françaises des Pyrénées-Orientales. Le 28 janvier 1939 les autorités françaises ouvrent la frontière de Cerbère à Bourg Madame afin de laisser passer le flot des miliciens et civils - femmes, enfants, vieillards - qui fuient l’Espagne tombée désormais aux mains des franquistes. Environ un demi-million d'exilés en trois semaines, avant que les phalanges du Caudillo ne verrouillent le pays.
En deux semaines seulement, 100 000 réfugiés vont passer le col d'Arès, à Prats de Mollo. Tous les points de passage sont concernés. Le col du Perthus, la route de Cerbère voient passer les foules. C'est par le col d'Arès que les premiers réfugiés arrivent, le 27 janvier 1939, en France. Arrêté à Prats de Mollo, ils s'installeront comme ils pourront dans la ville. Le lendemain le mouvement s'accélère au point d'inquiéter les autorités. L'école primaire est réquisitionné mais il manque rapidement de la place pour les loger. Par crainte de débordement, les autorités envoient en nombre des gardes mobiles et des tirailleurs sénégalais. Dès le 29 des convois partent en direction du camp de triage du Boulou. Le 31 janvier le ministre de l'intérieur se rend à Prats de Mollo pour assister à cet exode humanitaire. Pour accueillir ces réfugiés on construit quatre camps de concentration dans la vallée du Tech. Les abris sont construits en branches, feuilles, tout ce qui peut servir est récupéré. Les arbres environnants les camps sont abattus pour faire du bois de chauffage. Pour contrer le froid on en vient à brûler le matériel scolaire et les crosses des armes à feu. Il faut acheminer en urgence 30 tonnes de nourriture par jour pour faire survivre cette marée humaine. Le 13 février la frontière est officiellement fermée, gardée par les soldats de Franco. 35000 réfugiés sont toujours internés dans les camps de Prats de Mollo, bien d'autres le sont dans les autres camps du département. La nouvelle vague de froid qui s'abat sur la vallée pousse les autorités locales à ouvrir tous les lieux publics, les églises, les écoles, et fait réquisitionner les granges, les appartements, les garages, etc. Les camps seront définitivement fermés fin mars, mais cet hiver fut considéré comme un calvaire par ses espagnols fuyant Franco. Dans le même temps Cerbère voit arriver une masse considérable d'espagnols. Franchissant la frontière, ils furent internés de la même manière dans des camps créés de toutes pièces sur la plage d'Argelès sur mer. Si le froid ne les a pas autant touché que leurs compatriotes laissés à Prats de Mollo, ils durent toutefois subir les affres des épidémies. 250 000 réfugiés passeront par ce camps d'Argelès durant l'hiver 1939. Rien qu'au mois de mars 1939, c'est pas moins de 77000 qui furent internés à Argelès. Un autre camp fut ouvert à St Cyprien, il accueillit 90000 personnes. A St Laurent de Cerdans, autre lieu de passage, 70 000 réfugiés arrivent au village. 5000 ont pu être logé sur place, en particulier dans une fabrique de sandales transformées en dortoir. Au total, en quinze jours seulement, c'est plus de 450 000 personnes qui arrivent dans le département. Afin de canaliser le flot de républicains, les autorités les firent donc passer de camps de concentration locaux (Prats, Argelès) dans des camps plus vastes, dans la plaine : le Camp Joffre, qui connaîtra les premières parties sombres de son histoire.

http://www.jeanpierrecrochet.fr/index.php/2009/01/21/2068...

Une partie des Espagnols des camps de concentration français, a été emprisonné (et est décédée) dans les camps de concentration des nazis en Allemagne.

Envoyé à: info@syrembassy.net, rusembassy@telia.com, press@chinese-embassy.org.uk, ambassade.irak@skynet.be, 
afpsin@afp.com,redaction@rtl.be

NOUS AVONS EU DES PROBLEMES AVEC CE PUBLICATION

06/12/2012

Affaire Mohamed Merah

 Mohamed Merah.jpgAffaire Mohamed Merah, manipulation ou réalité ?

Mohamed Merah, décryptage d'une manipulation

préambule :
Aborder l'éventualité d'une stratégie politique de désinformation sera immanquablement accusé par l'autorité de théorie conspirationniste fumeuse.
Toutes informations relayées par un *mass média écrase toute autre opinion. Si l'information est au JT alors « Amen »

*Mass média ( médias capables d'atteindre et d'influencer une large audience )

Depuis Jacques Mesrine, personne n'avait accédé au titre d'ennemi public n°1.

Nous connaissons enfin l'identité du nouvel ennemi public n°1. Il s'agit de Mohamed Merah, jeune carrossier au chômage de 24 ans, secrètement islamiste. Il semble compliqué de se faire une réelle idée du profil du personnage. En effet, selon Samir, l'un de ses amis d'enfance, de son quartier : « C'est quelqu'un de gentil, de calme, le plus jeune de la fratrie. Il aime le foot, la moto, les voitures, les filles. Il n'avait aucun lien particulier avec la religion, ne portait pas de barbe, il allait en boîte. Je l'ai vu dimanche, il était très calme, normal. On ne parlait pas de politique. » Ses amis disent l'avoir vu il y a encore trois semaines en boite de nuit fumant la chicha, et qu'il s'était fait une crête rouge l'année dernière, sans oublier de préciser qu'ils ignoraient ses voyages en Afghanistan… pas facile d'arriver discrètement sur le front Afghan avec un look pareil, vous en conviendrez… et pourtant, Mohamed l'a fait.

Mohamed Merah, serait en fait une sorte de superméchant à l'égal de ceux des comics américains ( bandes dessinées) capable de faire des choses incroyables. Non content de s'être rendu sur le front Afghan prêter main forte aux résistants musulmans, après être devenu ainsi le premier punk moudjahid, Mohamed réussi le tour de force de s'échapper d'une prison de Kandahar dans laquelle il aurait été incarcéré après avoir été arrêté pour terrorisme, avant de rentrer en France, couler des jours paisibles. Enfin… jusqu'en mars 2012.

Selon le procureur de Paris, François Molins, il serait : « Un homme au profil violent, qui a manifesté des troubles psychologiques étant mineur. Il a un parcours de solitaire. Il peut rester enfermé chez lui pendant longtemps et regarder des vidéos de décapitations sur Internet. Tout ceci est d'une extrême violence.»… ( source : libération.fr )
selon BFMTV, Mohamed Merah aurait été salafiste fréquentant un groupe nommé « Forsane Alizza » qui lui aurait bourré le crâne.

Résumons, Mohamed Merah serait une sorte de monstre à l'égal du Joker de Batman, avec son aspect naïf et enfantin il a le pouvoir de persuader les bonnes âmes qu'il n'est pas si dangereux que ça, qu'il a même un côté sympa. Alors que c'est un psychopathe qui joue justement sur ce côté bon enfant pour l'effet de surprise, capable de se rendre deux fois en Afghanistan en deux ans, de postuler entre chaque voyage pour intégrer l'armée Française ou la légion étrangère, d'acheter un véritable arsenal, tout cela en étant fiché à la DCRI et à la DGSE, et sans éveiller le moindre soupçon. Si on me racontait une histoire pareille, je n'y croirais pas. Et vous ?

Selon François Molins, procureur de la république de Paris, le suspect aurait séjourné en Afghanistan en 2010 et au Pakistan en 2011. Intercepté lors d'un contrôle routier par la police afghane, il aurait été remis aux militaires américains qui l'auraient renvoyé en France par le premier avion.
Les forces américaines et celles de l'Otan dans ce pays, assurent n'avoir aucune trace des séjours de Mohamed Merah dans un camp d'entraînement djihadiste, contrairement aux déclarations des autorités françaises. Les autorités et le renseignement afghans ont également assuré n'avoir pas d'information sur la présence de Merah. Les forces de sécurité et des services de renseignements pakistanaises ISI ( Inter Services Intelligence ) ont affirmé aussi à l'AFP n'avoir aucune trace de son passage dans leur pays ( source : Agence France Presse 22/03/12 )

Les informations fournies par le ministère de l'Intérieur français sont-elles réellement fiables ? Les précisions des services afghans, pakistanais et américains semblent avoir de quoi jeter le discrédit sur les informations des autorités françaises et remettent sérieusement en doute leur crédibilité.

21:49 Posted by Universal in Actualité, Affaire Mohamed Merah | Permalink | Comments (0) |  Facebook |

06/06/2012

Belgique: 'interdire les groupements qui menacent des intérêts supérieurs'...

 

lavementCerveau.jpgLa Belgique veut éradiquer le « radicalisme » sur internet (vidéo)

6 juin 2012 par Robin

La ministre de l’Intérieur belge Joëlle Milquet (cdH) était l’invitée de la rédaction de Bel RTL ce matin. Dans le cadre d’un plan anti-radicalisme, la ministre de l’Intérieur, suivant l’exemple français, prévoit d’adapter la loi sur les milices privées, ce qui permettra d’interdire les groupements incitant à la haine, la discrimination, et qui menacent des intérêts supérieurs de la démocratie.



http://www.fdesouche.com/305031-la-belgique-veut-eradique...

 

18:47 Posted by Universal in Actualité, Belgique, censure internet | Permalink | Comments (0) |  Facebook |

06/05/2012

Didier Reynders: un vrai populiste

L'intégration à Bruxelles : un « véritable échec » selon Reynders

Reynders.jpg

 

 

 

 

 

 

 

Près de 2.000 SDF dans les rues de Bruxelles

Un recensement a été réalisé.

Un recensement a été réalisé.

Le nombre de sans-abri à Bruxelles est en augmentation, selon le deuxième recensement effectué par La Strada, une association qui vient en aide à ces personnes dans la capitale.

Le 8 novembre dernier, entre 23h00 et minuit, plus de 150 volontaires ont recensé 1.994 sans-abri dans les rues de Bruxelles selon la méthode “one night blitz”.

Lors d’un comptage similaire mené en novembre 2008, leur nombre n’avait atteint que 1.771.

De ces près de 2.000 sans-abri, 329 (17%) dormaient en rue, soit une hausse de 22%.

La grande majorité d’entre eux séjournent en maison d’accueil, dorment dans des asiles de nuit, voire des immeubles abandonnés.

Il est difficile de connaître le nombre exact de sans-abri dans la capitale, mais ce type de recensement ponctuel offre un “ordre de grandeur”, explique Laurent Van Hoorebeke, membre de La Strada.

Nombre de sans-abri souhaitent en effet rester “invisibles” et ne souhaitent donc pas être recensés.

6 Mai 2011

http://www.lesoir.be/actualite/belgique/2012-05-30/l-inte...

----

Photo: Didier Reynders qui se prépare pour les élections en jouant le populiste.  

nonnen.jpgLe parti d’extrême droite flamand Vlaams Belang a proposé ce mardi de créer une prime de 250 euros à quiconque signalerait en Belgique le port d’une burqa ou du niqab à la police...

http://www.fdesouche.com/304905-belgique-le-vlaams-belang...

05/25/2012

Est ce que les détenus ont aussi le droit à la santé ?

prison-voting_1374464c.jpg

La prison de Turnhout (Belgique) est si surpeuplée qu'un part des prisonniers dort sur des matelas sur le plancher d'une cellule qui est uniquement prévue pour 2 personnes.

Les Commissions de surveillance et le Conseil central de surveillance pénitentiaire ont été créés par l'arrêté royal du 4 avril 2003 modifiant celui du 21 mai 1965 portant règlement général des établissements pénitentiaires. Ces organes ont pour mission de contrôler les conditions de traitement réservées aux détenus et le respect des règles en la matière. Des observations doivent toutefois être rapportées au ministre de la Justice et au Parlement et des avis sont formulés sur les questions pénitentiaires.

Ces comités n'ont jamais travaillé et le président du conseil d'administration de ces comités, Dr. Paul Cosyns, a démissionné parce qu'il ne pouvait plus accepter que le ministre de la Justice belge, A. Turtelboom (Parti libéral), ne donne aucune attention aux observations.

Droit à la santé : Droit à la santé Un enjeu de société

Ouardirhi Abdelaziz Albayane : 24 - 05 - 2012 
La promotion et la protection de la santé de l'ensemble des composantes de la population (hommes-femmes-enfants) est la condition sine qua non d'un progrès économique et social soutenu en même temps qu'elles contribuent à une meilleure qualité de la vie et à une véritable justice sociale. Tout le monde en convient, personne ne peut dire le contraire, c'est même une approche saine, responsable, courageuse qui démontre, si besoin est, que la santé est au centre de toutes les actions, de tous les projets, de toutes stratégies, et partant, de la réussite ou non de toute politique de développement digne de ce nom.
Mais que signifie exactement la santé ?
Que pouvons-nous dire à ce sujet ?
Qu'est-ce qu'être en bonne santé ?
L'organisation mondiale de la santé donne une définition de la santé qui est relativement ancienne, mais qui reste d'actualité : «la santé est un état de complet de bien-être physique, mental et social, et ne consiste pas seulement en une absence de maladie ou d'infirmité.
La possession du meilleur état de santé qu'il est capable d'atteindre constitue l'un des droits fondamentaux de tout être humain, quelles que soient sa race, sa religion, ses opinions politiques, sa condition économique ou social».
La Conférence internationale sur les soins de santé primaires réunie à Alma-Ata le 12 Septembre 1978 avait ajouté que la santé est un droit fondamental de l'être humain, et que l'accession au niveau de santé le plus élevé possible est un objectif social extrêmement important qui intéresse chaque individu, quels que soient son âge, ses moyens, sa maladie, son lieu de résidence. La santé est un droit fondamental qui est commun à toute l'humanité, il intéresse le monde entier et suppose pour sa mise en œuvre, pour sa réalisation, la participation de nombreux secteurs socioéconomiques autres que ceux de la santé.
Déclaration universelle des droits de l'homme
Le droit de l'être humain à la santé est consacré dans de nombreux instruments
internationaux , c'est ainsi que la Déclaration universelle des droits de l'Homme prévoit, au paragraphe 1 de son article 25: «Toute personne a droit à un niveau de vie suffisant pour assurer sa santé, son bien-être et ceux de sa famille, notamment pour l'alimentation, l'habillement, le logement, les soins médicaux ainsi que pour les services sociaux nécessaires.
Comme on peut le voir, le droit à la santé est étroitement lié à d'autres droits de l'homme et dépend de leur réalisation, à savoir les droits à l'alimentation, au logement, au travail, à l'éducation, à la dignité humaine, système d'assainissement adéquat, un environnement sain et hygiénique, droit à la vie, à la non-discrimination et à l'égalité, le droit de ne pas être soumis à la torture, le droit au respect de la vie privée, le droit d'accès à l'information et les droits à la liberté d'association, de réunion et de mouvement. Ces droits et libertés, notamment, sont des composantes intrinsèques du droit à la santé.
Un droit individuel inaliénable
Dans le même ordre d'idées, les Etats parties au Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels (PIDESC) avaient reconnu que le droit à la santé c'est celui qu'a toute personne de jouir du meilleur état de santé physique et mentale qu'elle soit capable d'atteindre.
Pour le Comité des droits économiques, sociaux et culturels (CODESC), principal organe qui contrôle le respect du droit à la santé au niveau international, la santé : «est un droit fondamental de l'être humain, indispensable à l'exercice des autres droits humains. Toute personne a le droit de jouir du meilleur état de santé susceptible d'être atteint, lui permettant de vivre dans la dignité». (Mai 2000).
Depuis ces dates, beaucoup d'eau a coulé sous les ponts et personne n'ignore que la pleine jouissance du droit à la santé pour tous reste un objectif encore lointain. De plus, dans de nombreux cas, en particulier parmi les couches de la population vivant dans la pauvreté, le dénuement et parfois la misère cet objectif reste inaccessible. Mais dans la réalité de tous les jours, dans le vécu quotidien de chacun de nous, la réalité est toute autre. L'accès aux soins, l'accès aux médicaments ne sont pas les mêmes pour tous. Il y a ici et là des inégalités parfois flagrantes et très pénalisantes, ceux qui ont des moyens peuvent se permettre d'être correctement soignés, d'avoir accès à des compétences avérées, des spécialistes de renom, ils peuvent se permettre aussi les meilleures cliniques, les molécules de dernières générations et donc avoir plus de chance.
C'est une réalité qui ne saurait souffrir d'aucune ambigüité, personnellement, je le dis et je le répète, les riches sont mieux soignés que les pauvres, ils ont plus de chance de s'en sortir en cas de problèmes de santé. Les plus pauvres, celles et ceux qui n'ont rien sont les plus pénalisés. Cette situation n'est pas nouvelle, loin s'en faut, ce constat nous l'avons fait, il y a des dizaines d'années déjà. Et nous avons à maintes reprises attiré l'attention des différents responsables du département de la santé et des représentants de la nation sur certaines dérives qui politiquement, socialement et économiquement étaient inacceptables et constituaient de ce fait un sujet de préoccupation constante.
Les raisons d'espérer
Il ne s'agit pas de cacher le soleil avec un tamis comme on dit chez nous, il faut partir du principe que beaucoup de bonnes choses ont été réalisées, mais qu'il reste énormément à faire dans un domaine aussi complexe que celui de la santé et plus particulièrement de mettre cette même santé au service de tous.
Aujourd'hui, avec la nomination d'un nouveau ministre de la santé, qui est un médecin reconnu à l'échelon national et international par les plus grandes sommités du monde de la médecine pour ses grandes qualités humaines, professionnelles mais aussi pour ses grandes capacités d'écoute qui sont autant d'atouts et de préalables qui serviront à ne pas en douter pour redresser le secteur de la santé dans notre pays afin de le placer au niveau voulu par sa majesté le Roi Mohammed VI qui accorde un intérêt constant pour la santé de tous les citoyens marocains.
Aujourd'hui, beaucoup d'espoirs pointent à l'horizon et nous incitent à entrevoir l'avenir avec optimisme.
Le professeur Houcine Louardi a placé le droit à la santé pour tous nos concitoyens comme préoccupation constante de toutes ses actions, ce droit figure bien en place dans sa stratégie pour développer le secteur de la santé.
Ce droit à la santé comme l'a si bien démontré le ministre de la santé lors de ces différents exposés suppose :
Une meilleure disponibilité des installations des biens et des services ainsi que des programmes fonctionnels en matière de santé publique et de soins de santé.
La santé suppose aussi des éléments fondamentaux déterminants de la santé tels que l'eau salubre et potable et des installations d'assainissement appropriées, des hôpitaux bien équipés, des dispensaires, des centres de santé médicalisés, du personnel médical et des infirmiers (ères), qualifiés tout en insistant sur l'apport du secteur privé qui est important.
L'accessibilité est le deuxième élément qui représente l'ossature du droit à la santé, cela suppose que les installations, biens et services en matière de santé soient accessibles, sans discrimination à tous nos concitoyens en particulier aux groupes de notre population qui sont plus vulnérables.
La qualité doit être vécue au quotidien tant au niveau des soins, de l'accueil, les installations, biens et services en matière de santé doivent également être médicalement appropriés et de bonne qualité, ce qui suppose, notamment, des personnels de santé qualifiés, intègres, exemplaires mais aussi des médicaments en quantités suffisantes et du matériel hospitalier approprié.
L'égalité d'accès aux soins de santé et aux services liés à la santé est un aspect du droit à la santé sur lequel, il convient d'insister. Il s'agit de garantir aux personnes dépourvues de moyens suffisants l'accès à des soins de santé de qualité pour empêcher toute discrimination.
Le droit à la santé, c'est aussi le droit à un environnement naturel et professionnel sain, d'où la nécessité de mettre en place tous les moyens et toutes les mesures visant à l'amélioration des aspects de l'hygiène du milieu et de l'hygiène industrielle comprennent notamment les mesures de prévention contre les accidents du travail et les maladies professionnelles ( grâce à une médecine de travail plus rigoureuse ), et autres facteurs environnementaux nocifs pouvant avoir une incidence directe sur la santé de nos concitoyens telle la pollution au niveau des grandes villes.
Enfin, il s'agit de garantir à tous, aux personnes âgées, aux handicapés, aux femmes, aux enfants, aux chômeurs, le même droit, la même santé, les mêmes soins.
Pour atteindre tous ces objectifs et tant d'autres, tous les professionnels de santé (public-privé) se doivent de coopérer dans un esprit de solidarité et de service en vue de faire bénéficier des soins de santé l'ensemble de notre population. 

http://www.midipress.com/maroc/droit-a-la-sante-droit-a-l...

04/19/2012

La prison belge n’est qu’un lieu de stockage...

bruggeboem.jpg

"La prison n’est qu’un lieu de stockage"

Pour la commission de surveillance, la tuerie de Liège en est une illustration.

Le Conseil central de surveillance des prisons est un organe indépendant, recommandé par le Conseil de l’Europe. Il chapeaute les 25 commissions locales de surveillance des prisons qui comptent chacune dans leur rang au moins un magistrat assis, un avocat et un médecin. Il formule donc des avis qui peuvent être qualifiés d’autorisés. Et il est très critique sur la détention telle qu’elle est pratiquée en Belgique.

"La tuerie de Liège illustre véritablement l’échec de la réintégration dans la société d’un détenu dans la société", relève ainsi son président, Paul Cosyns, un psychiatre anversois, professeur émérite à l’Université d’Anvers connu dans le milieu carcéral pour avoir participé à de nombreux projets de réinsertion des détenus. L’auteur de la tuerie, Nordine Amrani, avait été libéré en octobre 2010. M. Cosyns plaide pour une préparation du détenu à la remise en liberté : voir quels sont ses points faibles et ses points forts tout en organisant la vie carcérale de manière à ce que les détenus soient incités à se réinsérer.

Or, souligne M. Cosyns, la prison n’est "qu’un lieu de stockage". Un constat que partage Gérard De Coninck, son prédécesseur à la présidence du Conseil central de surveillance des prisons (CCSP). Et en tant qu’ancien directeur des prisons d’Ittre et de Lantin, M. De Coninck connaît les prisons de l’intérieur. La priorité d’une prison, relève-t-il, est d’éviter les évasions et ensuite maintenir l’ordre dans ces prisons où règne une violence terrible.

Et les deux hommes appellent les hommes politiques au courage : "Nous espérons qu’ils ne se soumettront pas à la tyrannie de la majorité qui veut que la prison soit la seule peine. Pour nous, la prison doit devenir la peine de l’ultime recours." Soit un discours qui va à contre-courant de la politique actuelle qui vise à construire de nouvelles prisons.

La CCSP plaide donc pour des alternatives à la prison : elle estime que la privation de liberté devrait être limitée au maximum. Or, relève-t-elle, 35 % des détenus en Belgique sont en préventive et 10 % sont des internés. Pour la CCSP, cela ne va pas.

Et de critiquer la location de la prison de Tilburg aux Pays-Bas. Pour la CCSP, ce n’est clairement pas une solution. Même si les infrastructures sont correctes, Tilburg ne permet pas aux familles des détenus de visiter leurs proches qui sont en prison alors que c’est un élément important pour permettre une réintégration en société. Elle plaide pour des peines alternatives à la prison, à l’image de ce qui s’est fait aux Pays-Bas où le nombre de détenus a diminué.

Ce rapport de la CCSP, qui porte sur les années 2008 à 2010, pointe des manquements graves en matière de santé : 10 % des plaintes introduites par les détenus auprès des 25 commissions locales portent sur les soins de santé : longs délais d’attente pour des soins spécialisés, lenteur des interventions médicales et continuité des soins défaillantes sont quelques-unes des critiques. Un constat sans appel.

J. La.   - 17/12/2011

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/707360/la-pri...

Photo: prison de Bruges

04/18/2012

Prisons belges: Les Commissions de surveillance (qui n'existent pas)

Abu Ghraib.fernandobotero.jpg

Celui-ci visite en principe la prison au moins une fois par semaine et est attentif dans le cadre de ces visites aux lettres et aux plaintes des détenus'

Les Commissions de surveillance et le Conseil central de surveillance pénitentiaire ont été créés par l'arrêté royal du 4 avril 2003 modifiant celui du 21 mai 1965 portant règlement général des établissements pénitentiaires. Ces organes ont pour mission de contrôler les conditions de traitement réservées aux détenus et le respect des règles en la matière. Il s'agit d'un contrôle indépendant vis-à-vis de l'administration pénitentiaire. Cela ne signifie pas que les organes de contrôle s'immiscent activement dans la politique menée aux niveaux local et central. Des observations doivent toutefois être rapportées au ministre de la Justice et au Parlement et des avis sont formulés sur les questions pénitentiaires.

Les membres des Commissions de surveillance sont ainsi des observateurs privilégiés du monde pénitentiaire. L'exercice de leurs tâches contribue à un meilleur fonctionnement des prisons. Il ne s’agit pas seulement d’identifier et de répertorier les événements et incidents importants qui se produisent dans l’établissement pour lequel ils sont mandatés et qui peuvent démontrer un mauvais fonctionnement de ce dernier. La recherche d'une solution se fait toujours en concertation avec la direction, l'administration centrale et le Conseil central. Les membres de la Commission partent toujours des principes que chaque personne est unique et mérite qu’on respecte sa dignité et l’exercice de ses droits, que personne ne peut être réduit aux actes qu’il a posés et que toute communauté doit veiller à un bien-être maximal de tous ses membres.

L'arrêté royal du 4 avril 2003 prévoit l'institution d'une Commission de surveillance auprès de chaque prison, qu'il s'agisse de maisons d'arrêt ou d'établissements pénitentiaires. Chaque Commission se compose de six membres au moins et de 10 membres au plus, dont au moins un magistrat, un avocat et un médecin. Ils sont nommés pour un terme de quatre ans.

A ce jour, une Commission de surveillance a été instituée auprès de chaque prison, exception faite de l'établissement de défense sociale' de Paifve. Toutefois, aucune Commission n’est active à la prison d'Arlon. En effet, il semble irréalisable pour une seule et même commission de combiner la surveillance à Arlon et à la prison de Namur. On peut également se demander si la mission de surveillance indépendante doit aussi être assurée au centre fermé pour jeunes d'Everberg et s'il y a lieu d'instituer une Commission de surveillance auprès de cet établissement.

Comme il apparaîtra plus loin dans ce rapport, les Commissions de surveillance sont confrontées à de nombreux problèmes de fonctionnement imputables à un manque d'encadrement. Jusqu'à présent, elles fonctionnent sur une base purement volontaire, ce qui fait qu'il est très difficile d'installer une Commission complète et active auprès de tous les établissements. Cette problématique a déjà été évoquée dans le rapport annuel 2005. Néanmoins, aucune réponse concluante n'y a encore été apportée. 

Il convient de signaler dans ce cadre que la loi de principes concernant l'administration pénitentiaire ainsi que le statut juridique des détenus annonce que, lorsque le droit de plainte des détenus sera entré en vigueur, il faudra constituer une Commission des plaintes au sein de chaque Commission de surveillance. Celle-ci sera chargée de traiter les plaintes des détenus. Une Commission d’appel sera instituée au sein du Conseil central. Cette perspective, à savoir l'orientation des commissions et du Conseil central vers des juridictions formelles, met encore plus en lumière la nécessité de professionnaliser et de mieux encadrer ces organes.

------

Ecrivez minister Turtelboom:

Avenue de Waterloo 1151000 Bruxelles
Fm_ Infojust Functional_mailbox info@just.fgov.be
Tel02 542 80 11      Fax02 542 80 00

04/15/2012

Courageux protecteur des enfants à nouveau persécuté en Belgique

actie.gevangTurnhout.jpgMr Marcel Vervloesem a été à nouveau emprisonné à la suite
d'accusations fabriquées pour essayer de le supprimer par
décès "naturel" en prison du fait de ses maladies : les officiels
du gouvernement belge veulent le faire disparaitre en tant que
témoin principal dans l'affaire Zandvoort comme il a remis à
la justice belge en présence des medias 21 CDs contenant
des milliers de photos pornographiques d'enfants dont certains
ont été identifiés comme ayant été signalés comme disparus,
travail qui aurait du ètre accompli par la police belge.
 
La justice de la Belgique est délibérément faussée pour
protéger des officiels criminels faisant partie ou couvrant
des réseaux pédophiles qui fournissent des enfants kidnappés
ou prostitués pour que puisse ètre commis sur eux des actes
monstrueux pouvant aller jusqu'à la mise à mort.
 
Précédemment, sous la pression de l'opinion publique
internationale Mr Vervloesem a été libéré mais la malveillance
de membres du gouvernement belge concernés n'a pas changé
vu l'ampleur des crimes qu'ils veulent s'efforcer de dissimuler.
 
Bruxelles étant jusqu'ici la capitale de l'Europe, tous les pays
membres doivent intervenir pour rétablir une véritable justice
dans ce pays, la capitale de l'Europe ne peut pas ètre le lieu
de convergence des associations de malfaiteurs qui font
commerce de la torture d'enfants : il y va de la crédibilité de
l'Union dans le monde, les membres des réseaux malfaisants
et les officiels qui les couvrent doivent ètre arrètés et jugés.
 
Vous remerciant pour m'avoir lu et espérant que ce résumé
des faits vous conduira à intervenir, je répondrais volontiers
à toutes questions,
 
Filip Marceron

-------------------------------------------------------
 Officiels belges actuellement responsables :
 - ministre de la justice Mme Annemie Turtelboom
- juges ayant harcelé Mr Vervloesem depuis 11 ans et l'ayant fait à nouveau emprisonner : Vander Flaas et Jacobs du tribunal de Turnhout.
 
Plus d'informations sur :
DE-MADAME-Patricia-POUPARD
 

Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, t.a.v. Marcel Vervloesem, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique).  

Prison de Turnhout:

Directeur: Marc Hendrickx

Gevangenis van Turnhout, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique)

Tel.:014 40 89 30 - Fax:014 42 03 50

Ministre de la Justice belge, Annemie Turtelboom:

Secretariat du Ministre de la JustiticeWaterloolaan 1151000 Brussel (Belgique)
Telefoon02 542 80 11
Fax02 542 80 00

Comité Européen Contre la Torture et Des Traitements Inhumains:

Secretariat of the CPT
F-67075 Strasbourg, Cedex France
Tel.: France: 03 88 41 39 39, Int.: +33 3 88 41 39 39 - Fax: France: 03 88 41 27 72, Int.: +33 3 88 41 27 72
E-mail: cptdoc@coe.int
Internet: www.cpt.coe.int

04/09/2012

Interventions à l'étranger - militaire interventies: Action Louvain - Aktie Leuven

NATO-victims-Libya.jpgManifestation contre les participations belges à des interventions à l'étranger

Une quarantaine de personnes sont parties de Louvain lundi vers 10 heures pour une marche vers Bruxelles. Les participants dénoncent toute participation belge à une intervention militaire à l'étranger. L'organisateur de cette Marche de Pâques pour la paix, la Coordination louvaniste contre la guerre (LeCoTo), estime qu'une intervention comme celle effectuée en Libye l'an dernier n'amène que misère et chaos.

9 Avril 2012 

http://www.rtl.be/info/belgique/societe/869719/manifestat...

---------------------

40 man voor betoging tegen deelname militaire interventies in buitenland

In Leuven zijn rond 10 uur een veertigtal betogers vertrokken voor een mars naar Brussel tegen de Belgische deelname aan militaire interventies in het buitenland. De manifestanten wezen erop dat dergelijk ingrijpen vorig jaar Libië in chaos en miserie heeft gestort. Het initiatief gaat uit van de Leuvense Coördinatie tegen de oorlog (LeCoTo) dat de paasmars voor vrede al voor het 10e jaar op rij organiseert.

"Voor de gewone Libiër is de situatie in het land er sinds de militaire interventie dramatisch op achteruitgegaan. Het gezondheids- en onderwijssysteem evenals de watervoorziening zijn er in mekaar gestort. Het land is nu in handen van 150 milities en het centrale bewind controleert enkel Tripoli. Deze interventie heeft dus veel miserie opgeleverd en niets opgelost", aldus woordvoerder Mario Franssen (LeCoTO). De organisatie eist dat ons land zich afzijdig houdt van een eventueel toekomstig militair optreden tegen Syrië of Iran en zijn troepen terugtrekt uit Afghanistan.

LeCoTo startte tien 10 jaar met deze paarsmars naar aanleiding van de oorlog in Irak. Ook dit thema blijft voor de groep vandaag nog actueel. Vooraan in de manifestatie wordt een spandoek meegedragen met de tekst "Geen oorlog tegen Irak om olie" en "Stop bezetting Palestina".

Op weg naar Brussel kunnen anderen de manifestanten vervoegen bij stops in Leefdaal en Tervuren. Vorig jaar waren er bij de start in Leuven een 50-tal manifestanten en bij de aankomst aan de Beurs in Brussel een 150-tal. De aankomst aan de Beurs is voorzien tegen 18 uur.

9/4/12 - Bron: belga.be

http://www.hln.be/hln/nl/957/Belgie/article/detail/142071...

03/26/2012

Droits fondamentaux: la théorie

kaart.pngComité directeur sur les médias 
et la société de l'information 
(CDMSI)

1re réunion – 27-30 mars 2012 (Strasbourg, Agora, salle G03) 
CDMSI(2012)002 

Projet de déclaration du Comité des Ministres sur les risques du suivi numérique 
et des autres technologies de surveillance pour les droits fondamentaux

1. Les Etats membres du Conseil de l'Europe reconnaissent à toute personne relevant de leur juridiction les droits et libertés définis dans la Convention de sauvegarde des droits de l'homme et des libertés fondamentales (STE n° 5, ci-après dénommée « la Convention »). Au vu de la jurisprudence de la Cour européenne des droits de l'homme, les obligations qui leur incombent peuvent être négatives, c’est-à-dire s'abstenir de toute ingérence, ou positives, impliquant, entre autres, de protéger les individus contre les actes de personnes privées qui pourraient porter atteinte à leur jouissance de ces droits1.

2. Le droit au respect de la vie privée énoncé à l'article 8 de la Convention est crucial pour protéger les personnes contre les abus de pouvoir ou d’autorité et leur permettre de participer aux processus de gouvernance. Les restrictions de ce droit ne peuvent se justifier que si elles sont nécessaires dans une société démocratique, conformes à la loi et si elles poursuivent l'un des objectifs précis indiqués à l'article 8, paragraphe 2. Dans certains cas, la Cour européenne des droits de l'homme a jugé que la simple existence d'une loi autorisant la surveillance de citoyens pouvait affecter leur droit fondamental au respect de la vie privée2.

3. Le défaut de protection de la vie privée, et par conséquent des données à caractère personnel, peut avoir des répercussions néfastes sur l’exercice d'autres droits fondamentaux. Cela est particulièrement vrai pour les libertés d'expression, de réunion et d’association et, par conséquent, pour le droit de participer aux processus et aux débats concernant la gouvernance. A cet égard, afin de pouvoir prendre des décisions vraiment en toute liberté, les personnes doivent se sentir à l’abri de toute intrusion, surveillance ou autre forme d’ingérence dans leur vie privée.

4. De nos jours, les gens dépendent de l’utilisation d’appareils fixes ou mobiles dont l’offre ne cesse de se développer, améliorant les possibilités de communiquer, d'interagir, de participer à différents types d'activités, notamment celles qui ont trait à des questions d'intérêt général, et de gérer des aspects pratiques de la vie quotidienne.

5. Ces appareils permettent aux fournisseurs de collecter, conserver et traiter de nombreuses données à caractère personnel des utilisateurs, y compris la nature voire le contenu de leurs communications, les informations auxquelles ils ont eu accès ou les sites internet qu'ils ont consultés et, dans le cas des appareils mobiles, leur localisation et leurs déplacements. La collecte et le traitement de telles données peuvent révéler des informations délicates (comme des données financières) ou sensibles (concernant par exemple la santé, les convictions politiques ou religieuses, les pratiques sexuelles) sur les personnes concernées. Ces appareils peuvent ainsi fournir des portraits détaillés et intimes de leurs utilisateurs.

6. D’après certaines informations, certains logiciels installés sur les appareils mobiles seraient conçus ou programmés pour collecter toute une série de données à caractère personnel – y compris des données sensibles – liées à l'utilisation de ces appareils. Ces informations sont apparemment accessibles ou transmissibles à des tiers à l’insu des intéressés. Conscientes des implications sur le droit des utilisateurs au respect de la vie privée et à la protection des données à caractère personnel, les autorités d’un certain nombre d'Etats membres chargées de la protection des données ont décidé d'enquêter sur ces cas.

7. Des profils basés sur la manière dont les personnes utilisent les nouvelles technologies peuvent être créés et utilisés à différentes fins qui peuvent conduire à des décisions ayant un impact significatif sur les personnes concernées, même à leur insu, comme le souligne la Recommandation CM/Rec(2010)13 sur la protection des personnes à l’égard du traitement automatisé des données à caractère personnel dans le cadre du profilage ; cela a des répercussions évidentes sur l'autonomie des individus et la société tout entière.

8. Plus généralement, les questions liées à l'utilisation des technologies de suivi numérique constituent des enjeux importants pour l'Etat de droit, qui nécessitent de défendre efficacement les droits et libertés individuels contre les ingérences arbitraires. De même, le suivi et la géolocalisation peuvent avoir de graves conséquences sur le droit des personnes à la libre circulation. Les activités de surveillance illégale dans le cyberespace, qu'elles concernent un accès illégal, une interception de données ou une ingérence, la surveillance d'un système ou l'utilisation abusive d'appareils, peuvent avoir des implications pénales ; à cet égard, la Convention sur la cybercriminalité (STCE n° 185) est extrêmement pertinente.

9. Les pratiques décrites ci-dessus ont de lourdes conséquences sur la protection des données à caractère personnel et portent atteinte à la vie privée, garantie essentielle de la liberté et de la démocratie. La destruction de la vie privée aurait des conséquences redoutables sur la démocratie et, au final, sur la société tout entière. La Convention pour la protection des personnes à l'égard du traitement automatisé des données à caractère personnel (STCE n° 108) est pleinement applicable aux problèmes décrits plus haut. Elle fait actuellement l'objet d'une révision, qui vise pour l’essentiel à tenir compte des multiples enjeux liés à la prolifération de nouvelles technologies et garantir un haut niveau de protection des droits des personnes dans les environnements numériques.

10. Dans ce contexte, le Comité des Ministres :

- attire l’attention des Etats membres sur les risques que présente la surveillance secrète par le biais d’outils de suivi des utilisateurs pour le droit au respect de la vie privée, à la fois en tant que droit fondamental et en tant que condition préalable à l'exercice de la citoyenneté démocratique, et souligne que les Etats membres ont la responsabilité de garantir la protection adéquate des citoyens dans ce domaine ;

b. soutient pleinement les efforts réalisés par les Etats membres pour examiner la question des technologies de suivi et de surveillance, leur impact sur l'exercice et la pleine jouissance des droits et libertés fondamentaux individuels ainsi que leur incidence sur la société tout entière ;

c. estime que le Conseil de l'Europe doit poursuivre ses travaux sur ces questions, notamment sur leurs implications concernant la gouvernance de l'internet, la société de l'information et la protection des données.

X et Y c. Pays-Bas ; Young, James et Webster c. Royaume-Uni ; Plattform Ärzte für das Leben c. Autriche ; Powell et Rayner c. Royaume-Uni ; Costello-Roberts c. Royaume-Uni ; Lopez Ostra c. Espagne ; August c. Royaume-Uni ; A. c. Royaume-Uni ; Z et autres c. Royaume-Uni ; Calvelli et Ciglio c. Italie ; Osman c. Royaume-Uni ; Marcks c. Belgique ; Airey c. Irlande ; Gaskin c. Royaume-Uni ; Gül c. Suisse ; Ahmut c. Pays-Bas ; D. c. Royaume-Uni ; Guerra c. Italie ; Botta c. Italie ; L.C.B c. Royaume-Uni ; Z. et autres c. US;. et Marper c. Royaume-Uni. Note de bas de page destinée à informer le CDMSI ; à supprimer après examen et approbation éventuelle.

Klass et autres c. Allemagne ; Malone c. Royaume-Uni ; Weber et Saravia c. Allemagne ; Halford c. Royaume-Uni ; Association for European Integration and Human Rights et Ekimdzhiev c. Bulgarie, etc. Note de bas de page destinée à informer le CDMSI ; à supprimer après examen et approbation éventuelle.

http://www.coe.int/t/dghl/standardsetting/media/cdmsi/cdmsi(2012)002_fr.asp?toPrint=yes&

-------

Note: Il y a quelques semaines que le script du livre de Marcel Vervloesem, l'homme qui révélait l'affaire pédo-criminelle de Zandvoort et qui a été à nouveau incarcéré en prison, a été saisi par la justice.  La justice belge l'obligeait d'envoyer ses lettres utlisant des enveloppes ouvertes ce qui est une violation de la vie privée.

03/22/2012

L'incarcération de Marcel Vervloesem: Lettre ouverte à ministre Turtelboom

turtelboom-schuld-van-impasse-ligt-bij-koning-en-di-rupo.jpgBruxelles, le 21 mars 2012

A Mme la Ministre Turtelboom 115, Avenue de Waterloo 1000 Bruxelles

Objet: L'affaire pédopornographique de Zandvoort- L'affaire de moeurs d'Amsterdam- L'incarcération et le mauvais traitement de Marcel Vervloesem

Chère Madame,

Bien que j'attends toujours votre réponse à ma dernière lettre, je me permets d'ores et déjà de demander votre attention urgente au sujet des problèmes suivants, puisqu'il est question d'une escalation de la situation autour de Marcel Vervloesem.

Nous avons appris que vos services empêchent désormais M. Vervloesem de faire des appels téléphoniques, Ils font cela en négligeant de verser son argent sur sa carte téléphonique, de sorte que son crédit d'appels est épuisé.

En plus, hier nous avons appris que la prison a essayé de le forcer à laisser l'enveloppe des lettres qu'il écrit ouverte en les envoyant, pourqu'on puisse copier leur contenu avant, - ce qui est clairement une violation du secret épistolaire et de la loi sur les instiutions pénitentiaire en vigueur actuellement.

On a aussi imposé des restrictions au droit de visite de l'activiste depuis son incarcération. Il n'y a que sa fille que a le droit de lui rendre visite. Cela est une enfreinte au droit de visite du détenu. On lui interdit de parler à des journalistes, des parlementaires ou euro-parlementaires, comme à des professeurs aussi. La cour correctionelle de Turnhout lui a imposé il y a quatre ans une interdiction de parler à la presse, ce qui constitue une violation de la liberté d'expression et de la liberté de la presse que la Constitution belge garantit pourtant.

Non seulement on a confisqué le manuscrit du livre auquel M. Vervloesem travaillait, et menacé de l'incarcérer pendant deux ans s'il faisait publier ce livre, mais encore on menace d'enfermer M. Vervloesem dans la cellule d'isolement s'il ose encore parler de l'affaire pédopornographique de Zandvoort. Cela constitue une claire violation de la loi belge sur les institutions pénitentiaires, et c'est en plus une enfreinte aux traités européèns sur les droits de l'Homme, qui interdisent l'intimidation et le traitement arbitraire des détenus.

Aujourd'hui M. Vervloesem n'a reçu aucun courrier, ce qui indique que maintenant on a aussi commencé à bloquer le courrier entre lui et ses correspondants. Cela constitue de nouveau une violation de la loi belge sur les prisons et du Traité européèn sur les Droits de l'Homme qui a aussi été signé et adopté par la Belgique.

Vos services, qui trouvent également acceptable que M. Vervloesem croupisse dans une de vos prisons surpeuplées à cause d'une histoire inventée publiée dans Het Nieuwsblad, tandis qu'il souffre de graves maladies, étant malade des reins, cardiaque et diabétique, ont maintenant en plus décidé de le priver de son régime alimentaire anti-diabétique. Cela constitue une autre violation de la loi belge sur les prisons qui prescrit un droit égal aux soins médicaux pour toute personne, y compris pour ceux qui se trouvent en détention.

Si quelqu'un meurt à cause d'une privation volontaire des médicaments dont il a besoin, de soins médicaux ou de nourriture approprié, la loi considère cela comme un acte de meurtre.

Je tiens à vous rappeler que lorsque M. Vervloesem était enfermé dans la prison de Bruges, on a escamoté son dossier médical. Aussi bien dans la prison de Turnhout, que dans celles de Bruges et Hasselt on a privé M. Vervloesem des soins dont il avait besoin. Dans l'hôpital de Bruges, où M. Vervloesem a dû subir alors une lourde opération ouverte au coeur, il a été sur ordre de la Justice enchaîné à sa chaise roulante, à la table d'opération, et pendant cinq jours de suite à son lit d'hôpital. Cela sont des pratiques de torture qui en dépit des traîtés européèns qui les interdisent, s'avèrent être des pratiques quotidiennes dans les prisons européènnes, malgré le fait qu'elles ont été l'objet de nombreuses condamnations par les autorités de l'UE à Strassbourg.

L'asbl Werkgroep Morkhoven ne souhaite d'aucune façon tolérer ces pratiques illégales et inhumaines. Elle vous invite par conséquence avec insistance de prendre votre responsabilité politique dans cette affaire et d'intervenir de la façon qui s'indique.

Elle vous prie aussi de transmettre à la cour pénale d'Amsterdam les documents appartenant au dossier de l'affaire pédopornographique de Zandvoort qui se rapportent à l'affaire de moeurs à Amsterdam que cette cour est en train de juger en ce moment, pourque ses juges puissent disposer d'un dossier complet pour leur examination de cette affaire.

En attentant votre réponse, je vour prie d'agréer l'expression de mes sentiments distingués.

Jan Boeykens Président de l'asbl Werkgroep Morkhoven 10, Rue Faider 1060 Saint-Gilles

-----------

 

Interview de Marcel Vervloesem en prison (26.2.2012)
http://www.youtube.com/watch?v=jGaWJ3Tdd3w
http://youtu.be/jGaWJ3Tdd3w

Sign/Signez/Teken :
http://www.causes.com/causes/438481-free-marcel-vervloese...

vzw Werkgroep Morkhoven
http://werkgroep-morkhoven.skynetblogs.be/

Droit Fondamental
http://droitfondamental.eu/

Ecrivez/Write/Scrivere/Schrijf Marcel Vervloesem: Gevangenis Turnhout, tav. Marcel Vervloesem, Cel 139, Wezenstraat 1, 2300 Turnhout (Belgique, Belgium, Belgio, België)


 

05/03/2011

DROITS DE L’HOMME: LES ÉTATS MEMBRES DE l’ONU INTERROGENT LA BELGIQUE

Free Arbi !.jpg

LES ÉTATS MEMBRES DE l’ONU INTERROGENT LA BELGIQUE SUR SA POLITIQUE EN MATIERE DES DROITS DE L’HOMME

Le 2 mai 2011 les états membres de l’ONU ont interrogé la Belgique au sujet de sa politique en matière des droits de l’homme. La Belgique s’était d’avance attribuée une bonne note. Mais selon Amnesty International c’est pas tout à fait conforme à la vérité.

Amnesty International a transmis ses recommandations et soucis par moyen d’un petit rapport (http://www.aivl.be/sites/default/files/bijlagen/UPRofBelg... ). C’est l’occasion parfait pour la Belgique pour accepter le défi de se ranger parmi les meilleurs dans le domaine des respects pour les droits de l’Homme.

Le procédé d’évaluation employé ici s’appelle UPR (abréviation anglaise de ‘Examen Périodique Universel’). et el a été instauré au moment où la Commission pour les Droit de l’Homme a été remplacée par le Conseil pour les Droits de l’Homme en 2006. Désormais ce Conseil évaluera tous les quatre ans la situation dans le domaine des droits de l’homme dans chaque pays. Ce tour ci, la Belgique sera un des derniers pays à passera devant ce Conseil ce lundi 2 mai. 

Il s’agit d’un soit-disant ‘peer-review’: c.à.d. que les differents états se soumettent les uns les autres à un examen critique. Des organisations non gouvernementales et d’autres experts en la matière ne participent pas à la première audition. Juste l’état en question lui-même, les autres états membres des NU et le bureau du Haut Commissaire pour les Droits de l’Homme sont invités à parler. Cela n’implique néanmoins pas que les ONG ne sont pas entendues. Des organisations citoyennes belges ont en effet été invitées par le FOD des Affaires Étrangères pour apporter leur contribution au rapport officiel. Toutes ces organisations ont aussi eu l’occasion de faire parvenir des observations brèves au Haut Commissaire.

Amnesty International consacre une grande partie de sa contribution au fait que pendant des années il n’y a pas eu du tout question d’une politique d’immigration en Belgique. Amnesty exprime ses soucis au sujet de la façon dont on traite le problème des chercheurs d’asile et des sans-papiers en Belgique, en particulier pour ce qui est de la détention administrative, des conditions inadéquates qui règnent dans les centres clôs, des enfreintes contre l’interdiction de renvoyer des gens vers un pays où ils courent le risque d’être exposés à de graves violations des droits humains, des cas de retour forcé vers l’Iraque et des maltraitances par le personnel policier pendant l’expulsion d’étrangers. L’organisation critique aussi la situation qui règne dans les prisons belges, l’utilisation des armes à décharge électrique par la police en le projet de loi qui vise à interdire le port du voile islamique. Pour finir Amnesty apporte quelques recommandations institutionelles concernant la ratification d’un certain nombre de traités et sur la nécessité de fonder une institution nationale pour les droits de l’homme.

Cette évaluation est une belle occasion pour les autorités belges pour examiner avec un regard critique leur politique en ces matières et pour s’engager à en réparer les défauts. Espérons qu’on saisira cette occasion. Amnesty elle-même a décidé de suivre de près l’évaluation elle-même, ainsi que les réactions auxquelles elle donnera lieu de la part des autorités belges.

Annexe: http://www.aivl.be/sites/default/files/bijlagen/UPRofBelg...

Photo: Parlement Européen, Bruxelles

04/04/2011

La torture dans les prisons belges: Arbi Zarmaev

Bruxelles, le 4-4-2011 – Hier, en début d’après midi, la famille du réfugié tchetchène Arbi Zarmaev, a appris de la part de l’avocat Gantois Thomas G., qu’il était ¨prêt d’aller voir Arbi avec un médecin qui travaille hors de la prison¨ . ¨Cela ne posera aucun problème¨, selon l’avocat. Tard dans la soirée, Thomas G. fît soudainement savoir que ¨la visite prévue pour aujourd’hui ne pourra pas avoir lieu, parce qu’il n’a pas été prouvé que le médecin qui veut aller voir Arbi Zarmaev pour l’examiner, est vraiment un médecin¨ (bien que ce médecin exerce sa profession déjà depuis des années, que sa profession est marquée sur son passeport, et qu’il s’agît du même médecin qui a visité Marcel Vervloesem de l’asbl Werkgroep Morkhoven pendant son enfermement dans la prison de Bruges).

La direction de la prison à Bruges sait parfaitement que le médecin dont il s´agît ici, est un médecin officiel qu’ils ont eux-mêmes déjà autorisé dans le passé, de visiter un de leurs détenus.

Depuis presque une semaine, la famille d’Arbi Zarmaev n’a plus le droit de lui rendre visite. Son avocat Thomas G. est le seul désormais à avoir le droit d’aller le voir. L’avocat déclara après sa visite qu’Arbi ¨proférait des paroles complètement dénuées de sens¨ et qu’il ¨ne voulait voir plus personne ni parler à personne¨, cela bien que il y a quelques jours Arbi a encore parlé avec sa famille sans montrer le moindre signe d’avoir perdu la raison.

Nous pensons que tout ceci a un rapport avec le fait qu’Arbi , qui ne peut plus guère marcher, devait comparaître de nouveau devant le Conseil de l’Etat il y a quelques jours pourque celui-ci approuve son extradition vers la Russie qui avait déjà été signée par le ministre de la Justice De Clerck.

On a l’impression qu’on a voulu isoler Arbi du monde extérieur pourque rien ne vienne entraver la décision déjà prise de l’extradier. La famille d’Arbi vit maintenant dans une grande incertitude et elle craint pour sa vie. Rappelons qu’Arbi ne pèse plus que 50 kilos. Mais au lieu qu’on lui procure les soins médicaux urgents dont il a besoin, on le tient enfermé depuis des semaines déjà dans une cellule d’isolement (d’abord à Hasselt, et maintenant à Bruges). A un moment donné on lui a même interdit de boire de l’eau pendant 4 jours, de sorte que son état de santé s’est encore plus détérioré , ce qui lui aurait même causé de sérieux problèmes aux reins.

L’avocat Thomas G. a déclaré il y a quelques jours ¨que ni lui ni Arbi étaient en possession du dossier médical du dernier, puisque Arbi (qui ne parle guère le néerlandais) avait omis de signer l’autorisation réquise pour cela¨. Mais depuis quand un détenu et son avocat sont il obligés de signer une autorisation pour pouvoir consulter ou disposer du dossier médical du détenu? Est-ce qu’on aurait par hasard traffiqué ce dossier? Des pièces ont-elles disparues du dossier, comme cela s’était produit il n’y pas si longtemps dans le cas d’un autre prisonnier gravement malade et isolé dans la prison de Bruges? A ce sujet j’ai écrit au ministre de la Justice Stefaan De Clerck, sans toutefois recevoir de réponse. On croirait prèsque que ministre De Clerck , après ses contacts avec l’Ambassade Russe et après avoir signé l’extradition d’Arbi vers la Russie, a donné l’ordre de traiter le détenu de la manière que nous rapportons ici.

L’interêt pour cette affaire qu’ont montré Pax Christi et Amnesty international, ainsi que le fait que la Cour Européenne des Droits de l’Homme, qui a déjà plusieurs fois condamné l’Etat belge, risque de se pencher sur l’affaire, pourraient jouer un certain rôle dans tout ceci.

En plus, l’Etat belge a déjà été condamné il y a quelques années par le Comité Européen Contre la Torture pour des tortures qui ont lieu dans ses prisons, un fait qui a été rapporté par la presse.

Il apparaît clairement qu’on a affaire ici à procès politique et qu’il y a eu probablement des décisions prises d’avance dans des entretiens secrets etre la Belgique et la Russie, comme cela s’est déjà vu lors du procès où le gouvernement turque demandait l’extradition d’un autre homme détenu en Belgique. Dans cette affaire-là, c’était Laurette Onkelinx. alors ministre de la Justice, qui était impliquée.

La famille d’Arbi Zarmaev commence à se demander si l’avocat Thomas G., qui a refusé pour des raisons inconnues l’offre d’aide d’un autre avocat qui s’intéressait dans cette affaire, entretient des fois des contacts avec la direction de la prison de Bruges et avec le cabinet du Ministre De Clerck à Bruxelles. Elle a appris que l’avocat a eu des contacts avec un juge qui est impliqué dans cette affaire d’extradition.

Est-ce qu’on est en train de régler certaines choses en cachette?

Jan Boeykens, 10, Rue Faider, 1060 Saint-Gilles

03/30/2011

Bruxelles: Manifestation 'pour la paix en Libye'

'NiKhadafi,NIl'OTAN'.jpg

NOUS NE PARTICIPONS PAS AU MANIFESTATION 'POUR LA PAIX EN LIBYE'

Nous n'aimons pas le slogan 'Ni Khadafi, Ni l'OTAN' parce que la campagne médiatique avec le diabolisation de Khadafi était justement l'excuse de l'OTAN pour un soi-disant no-fly zone et une intervention militaire. 
C'était la même chose en Iraq, Yougoslavie et Afghanistan (et bientôt en Iran). 

-----

N'oubliez pas:

- En 1986, les États-Unis ont lancé des frappes aériennes sur la Libye.
Au moins 100 personnes sont mortes après que les avions américains ont bombardé des cibles dans la capitale libyenne, Tripoli, et dans la région de Benghazi. 
http://news.bbc.co.uk/onthisday/hi/dates/stories/april/15/newsid_3975000/3975455.stm

- La 'Libyan Charity Foundation' de Saif al-Islam, fils du colonel Mouammar Kadhafi, a organisé en Juin 2010, un navire avec une aide à Gaza. Le navire a été bloqué par Israël, la Grèce et l'Egypte. 
La Grèce est membre de l'OTAN. 
La Grèce et l'Egypte sont étroitement lié aux États-Unis et Israël. l'Egypte travaillait avec Israël à la construction du mur autour de la bande de Gaza et le gouvernement égyptien travaillait dans le programme 'anti-terroriste' du CIA qui est bien connu pour les enlèvements et la torture des activistes musulmans. 

- Tout le monde diabolise Khadafi. Au même temps Hillary Clinton était bienvenue en Egypte. Mais on cache que les États-Unis bloquent toutes les résolutions de l'ONU critique d'Israël et qu'ils sont directement responsables pour les bombardements sur Gaza.

03/28/2011

"Пакс Кристи" протестует против выдачи чеченца Арби Зармаева в Россию

Томас Bekaert, "Paks Kristi",

"Пакс Кристи" протестует против выдачи чеченца Арби Зармаева в Россию

Написал Ичкериец

22.03.2011 16:09 по Джохару

"Пакс Кристи Фландрии, вместе с Amnesty International и организацией "Мемориал" заявила протест против высылки чеченского беженца Зармаева Арби, в Россию.

Министр юстиции Бельгии Стефан Де Клерк, подписал 8 марта решение о его выдаче российским властям.

Вчера, два адвоката, и г-н г-н Пол Томас Bekaert Гиллис подали ходатайство в адрес Государственного совета с требованием приостановить решение. Как заявил Джо Hanssens, президент организации "Paks Kristi": "это решение опасно для жизни человека. Это означает нарушение Европейской конвенции по правам человека. Paks Kristi Фландрии призывает министра пересмотреть свое решение".

Сообщается, что Арби Зармаев воевал в 1999-2000 в рядах чеченского Сопротивления против российских оккупантов . Когда стало известно, что российские оккупанты, с помощью чеченских национал-предателей, собираются его убить, он выехал из страны. После долгих странствий он приехал в Бельгию, где он попросил убежища в 2002 году. После получения убежища в Бельгии, он женился, у него сейчас двое сыновей.

Джо Ханссенс обращает внимание, что Россию по Чечении в Европейском суде по правам человека в прошлом неоднократно осуждали за нарушения прав человека. Он сказал, что это было иллюзией полагать, что Россия теперь вдруг она будет их соблюдать.

Вместе с тем сообщается, что Арби Зармаев подвергся жестоким избиениям в бельгийской тюрьме. Так Евгений Новожилов из Польши пишет о жестоком обращении с Арби Зармаевым и приводит вопиющие факты.

Приведём его статью опубликованную в его блоге и присланную нам по почте.

* * *

В бельгийской тюрьме убивают чеченского беженца, брошенного туда по сфабрикованному обвинению

19 марта 2011 г.

В бельгийской тюрьме демократические палачи убивают беженца из Чечни Арби Зармаева, который по наивности своей надеялся найти в Европе убежище от путинского террора. В результате он стал жертвой террора европейских демократов. Его посадили за решётку на 18 месяцев по сфабрикованному обвинению в том, что он якобы вымогал 200 евро. Правозащитники нашли фигурирующего в деле потерпевшего. Выяснилось, что он ни о деле, ни о Арби Зармаеве вообще ничего не знает. Никто у этого «потерпевшего» никакие 200 евро не вымогал. Теперь он требует возбудить дело против следователя, который использовал его имя для фальсификации обвинения против Зармаева.

Когда Арби уже безвинно томился в бельгийских застенках, Россия объявила его в розыск через Интерпол. Его обвинили в соучастии в убийстве: он якобы в 2001 г. передал пистолет девушке, которая потом из этого оружия застрелила человека. Правозащитники нашли эту девушку, уже отсидевшую срок за убийство. Оказалось, что она никогда ничего не слышала о Зармаеве. К тому же, застрелила она не человека, а выродка, который её изнасиловал.

Арби Зармаев подвергается в бельгийской демократической тюрьме изуверским истязаниям, подобным тем, которым российские оккупанты подвергали арестованных чеченцев в «фильтрационных» лагерях. Когда несколько месяцев назад Арби Зармаева посетили Фрида Брепульс, депутат Европарламента, и Имран Эжиев, советник депутата Европарламента Барта Стаса, они обнаружили, что у Арби сломано 3 ребра и на рассечённую бровь наложено 4 шва. После их визита демократический тюремный террор против Арби Зармаева усилился. Имран Эжиев, на днях снова посетивший его, выяснил, что Арби 5 суток держали в наручниках (от наручников на руках остались глубокие следы) и не давали ему есть. Демократические тюремщики объяснили такую гуманность тем, что Арби Зармаев якобы «вёл себя агрессивно». Арби при росте 180 см весит 48 кг и находится за всеми пределами истощения – он напоминает узника гитлеровского концлагеря или сталинского ГУЛАГа. Есть серьёзные опасения, что в ближайшие дни он может умереть. Хочу подчеркнуть, что всё это происходит в центре демократической Европы – в стране, которая приютила у себя Европарламент.

21 марта 2011 г. чеченские беженцы намерены провести у здания Европарламента в Брюсселе акцию протеста в связи с делом Арби Зармаева.

Арби – не единственный политзаключённый в Бельгии. Бельгийские демократические чекисты арестовали несколько чеченцев, которых они обвиняют в том, что они якобы планировали «нападение на натовский эшелон». Бельгийские демократы опустились до уровня путинских шизофреников из ФСБ РФ. Один из арестованных чеченцев – инвалид без обеих ног. Бельгийская демократическая гэбня истязает его уже 7 месяцев.

Евгений Новожилов
Брюссель – Варшава

* * *

Комментарий редакции:
Мы вынуждены признать, что подобные случаи жестокого обращения с чеченцами, ишущими политическое убежище в европейских странах, в некоторых странах уже становятся правилом и всему виной наша инертность.

Обращаясь к нашим соотечественикам в Бельгии, к тем кто в настоящее время занимается данной проблемой считаем, что по данному случаю, в случае подтверждения изложенных фактов, должен быть подан иск в судебные органы Бельгии, а в случае неудовлетворительного ответа и в Европейский суд по правам человека в Страсбурге.

Мы сегодня в состоянии организовать подачу иска в Европейский суд и требовать его рассмотрения. И мы обязаны это сделать, если не хотим, что бы подобное отношение в отношении чеченцев стало нормой. Пока это исключение, но если мы будем пассивными, это может стать правилом. Есть хорошая пословица - "Каждый делает то, что ему позволяют!" Это касается и организаций и властных структур.

Просим связаться с нашей редакцией заинтересованных лиц, для координации действий для организaции судебного преследования виновных в жестоком обращении с Арби Зармаевым.

Адрес имейл редакции: ichkeriainfo@gmail.com 
или через раздел контакты: 
http://ichkeria.info/component/option,com_contact/Itemid,...

ИА"Ичкерия-инфо"

Дополнительные материалы по теме:

http://www.gva.be/nieuws/binnenland/aid1029783/tjetsjeen-...

http://slachtoffers-justitie.skynetblogs.be/archive/2011/...

http://gevangenen-prisonniers.skynetblogs.be/archive/2011...

Последнее обновление ( 22.03.2011 18:43 по Джохару )

Антидиффамационный Комитет Чеченцев Европы.

Chechen Anti-Defamation Committee in Europe

 

http://ichkeria.info/content/view/9154/1/

03/21/2011

Réfugiés politiques: homme Tchétchène risque à mourir

edf5248a64bd734b2465a87ce0d60f2a.jpg

Le réfugié politique tchétchène, Arbi Zarmaev, risque à mourir

Le 8 Mars 2011, le ministre de la justice belge Stefaan De Clerck (Démocrates-chrétiens), a décidé que le réfugié politique tchétchène, Arbi Zarmaev, sera expulsé et extradé vers les autorités tchétchènes.

J'avais fait un rendez-vous aujourd'hui avec un groupe d'environ 40 Tchétchènes et certains représentants des mouvements de droits de l'homme, au Parlement européen à Bruxelles.

Quand j'ai rencontré les membres du groupe (il n'y avait aucune action à ce moment), un policier en civil m'a demandé ma carte d'identité. J'ai refusé. Un autre policier en civil et un policier en uniforme ont de nouveau demandé ma carte d'identité. J'ai de nouveau refusé en disant que j'avais le droit de circuler et de rencontrer des autres citoyens.

Puis, je suis allé avec les Tchétchènes à une place herbeuse avec une belle fontaine où j'ai déroulé avec l'aide de l'un des Tchétchènes, ma bannière "Free Arbi - alive".

Ensuite, j'ai demandé les Tchétchènes à venir sur la pelouse afin de faire une photo de notre groupe.  Des policiers en civil et uniforme l'ont empêché.  

Immédiatement après, nous étions complètement entourés par un cordon de 25 policiers dont 20 policiers en uniforme. Ils nous ont demandé nos cartes d'identité.  Un policier m'a menacé de m'enfermer pendant 12 heures si je lui refusais de donner ma carte d'identité.

Un des policiers a tiré la bannière de mes mains et l'a détruit.

Après avoir attendu une demi-heure, on nous a redonné nos cartes d'identité et nous avons été obligés de quitter.

Un agent de police nous a dit que l'interdiction n'était pas seulement une mesure de sécurité par rapport du Parlement européen mais que nous avions besoin d'une autorisation pour protester.

Arbi Zarmaev, le tchétchène réfugié politique est déjà pendant 21 mois enfermés dans la prison de Bruges. Il a été accusé d'avoir fait sa demande de séjour en Belgique sous 'un faux nom'. Il a également été accusé de 'vol'. Mais ces allégations ne semblent pas été corrects.

Arbi pèse actuellement 50 kilogrammes (100 livres). Il a des blessures graves au visage, prouvant qu'il a été battu.

S'il est extradé vers la Tchétchénie comme ancien commandant de l'armée tchétchène, il sera certainement torturé et assassiné. 

Sa femme et ses trois enfants (2 ans, 5 ans, 10 ans) vivent actuellement en Belgique. Sa famille craint pour sa vie. 

 

Jan Boeykens, président de l'association Werkgroep Morkhoven 


Photo: le ministre de la justice belge Stefaan De Clerck

 

02/26/2011

Democracy in the name of Petroleum

democracy, petroleum

17:00 Posted by Universal in Actualité, Democracy | Permalink | Comments (0) | Tags: democracy, petroleum |  Facebook |

1 2 3 4 5 6 7 8 Next